Bayonetta 3 – La Sorcière de l’Umbra est de retour ! [TEST]

Nintendo et Platinum Games font renaître la licence tant attendue : Bayonetta avec un troisième opus sorti le 28 Octobre en exclusivité sur Nintendo Switch. Découvrez mon avis sur ce troisième opus ci-dessous.

Test de Bayonetta 3

L’Histoire : une épopée à travers l’Univers

Dans ce nouveau chapitre de Bayonetta, la Sorcière de l’Umbra peut compter sur ses nouveaux pistolets nommés La vie en Couleurs pour se battre contre les mystérieux Homonculus : des armes biologiques venues d’un univers parallèle.

Accompagnée de Jeanne, Bayonetta devra se charger de trouver les rouages du chaos à travers les dimensions avant de débusquer le Docteur Sigurd pour accéder à l’Alphavers dans le  but de détruire l’ennemi qui se trouve dans le Multivers.

Côté mécaniques : plus de combos et plus de techniques !

Vous pouvez booster Bayonetta en investissant des orbes, augmenter votre vie grâce aux cœurs de sorcière et augmenter votre jauge d’énergie magique avec des perles lunaires.

Bayonetta peut aussi acquérir de nouvelles techniques et combos.

Par exemple, après avoir étourdi un ennemi avec un démon de l’enfer, vous pouvez l’achever avec l’attaque sadique en appuyant sur X+A pour lui infliger de lourds dégâts.

Les différentes armes et les mystérieux démons de l’enfer ont aussi des techniques à débloquer à l’aide des  orbes, comme de nouveau combos dévastateurs.

En outre, la grosse nouveauté de ce Bayonetta 3 est de pouvoir exécuter des combos avec un démon de l’enfer qu’on appelle la technique de Mascarade qui consiste à combattre les ennemis en maintenant la touche ZL + touche d’attaque.

J’ai vraiment beaucoup aimé la technique de Mascarade, car elle procure une vraie sensation de puissance et de rage du démon de l’enfer !

Par ailleurs, le fait de pouvoir changer de sets d’armes en plein combo est top ! Le jeu est bien plus dynamique et permet une grande diversité de gameplay : un point toujours appréciable dans ce genre d’épopée piquée à l’adrénaline.

Un gameplay aux p’tits oignons ! (miam)

J’ai vraiment bien aimé les phases à dos de notre démon de l’enfer à la poursuite du mystérieux ennemi du prologue ! 

Comme je l’évoquais un juste au-dessus, la technique de Mascarade et les combos sont vraiment stylés et sanglants tout en restant complexes d’exécution : c’est un bon rapport difficulté/récompense.

Comme dans les précédents opus, le style de combat de Bayonetta vous incite à faire usage d’esquives parfaites et de ses combos. 

Vous pouvez créer un ralentissement en esquivant parfaitement appelé l’envoûtement idéal pour réussir vos combos et obtenir la meilleure note possible à la fin de chaque verset.

Autre grande nouveauté de ce Bayonetta 3, qui ne se lasse décidément  pas de se renouveler : les missions Intermède disponibles entre les missions principales.

Dans ces interldues spéciaux, vous incarnez Jeanne dans des niveaux en vue 2D métroid-vania. Jeanne démarre la mission armée seulement de son pistolet et se procure de nouvelles armes à mesure que vous progressez avec elle dans la mission.

Bon c’est bien sympa mais pour quoi faire ?me demanderez-vous.

L’objectif est simple : terminez le plus vite possible, ne vous faites pas toucher (ou presque) et ramassez un max de trucs. 

Du 60 FPS sur la Switch, une incroyable performance !

Malgré le 720p nous avons du 60 FPS sur la Switch même en docké (le fait de jouer sur votre télé en mettant la console dans son dock) et ça mes amis, ça fait grave plaisir d’avoir des combats fluides et dynamiques.

Ceci étant dit, j’ai remarqué que la caméra ne suit pas toujours dans les coins de la carte mais on pardonnera facilement ce petit contretemps.

Le gros hic : passer son temps dans les menus !

Ce qui est vraiment dommage et qui vous arrête en pleine action comme un gosse qui débarque inopinément dans la chambre parentale, c’est l’obligation de passer par les menus pour vous soigner. Une bonne manière de gâcher le dynamisme et la fluidité des combats si vous voulez mon avis. (Vous êtes là pour ça après tout, non ?)

Et pour vous soigner, enfilez le tablier : vous pourrez concocter des recettes en appuyant sur Y :

  • Sucette aux herbes vertes: Restaure une petite quantité de santé. Nécessite 10 racines de mandragore.
  • Méga sucette aux herbes vertes: Restaure une grande quantité de santé. Nécessite 15 racines de mandragore.
  • Sucette Magique Violette: Restaure la puissance magique. Nécessite 5 racines de mandragore et 5 cornes de licorne.
  • Méga Sucette Magique Violette: Empêche la puissance magique de s’épuiser pendant une courte période. Nécessite 10 racines de mandragore et 5 cornes de licorne.
  • Sucette Rose Sanglante: Augmente temporairement la puissance d’attaque. Nécessite 10 cornes de licorne.
  • Sucette Mega Bloody Rose: Augmente la puissance d’attaque pour une durée plus longue. Nécessite 15 cornes de licorne.
  • Sucette Lune Jaune: confère une invulnérabilité temporaire. Nécessite 10 Gecko au four.
  • Sucette Méga Lune Jaune: Confère l’invulnérabilité pour une durée plus longue. Nécessite 15 Gecko au four.

Conclusion

Bayonetta 3 est vraiment un très bon beat’em all, super fun et dynamique malgré les problèmes de caméra et l’obligation de passer  souvent par le menu pour se soigner.

Les combos et techniques de mascarade sont hyper satisfaisants.

Si vous aimez Devil May Cry, c’est dans la même lignée : vous trouverez largement votre bonheur avec une femme à la place, ultra badass qui plus est.

Les points forts et les points faibles de Bayonetta 3

Je remercie énormément l’agence Laboitecom Nintendo pour l’envoi du jeu.

C’est tout pour mon test de Bayonetta 3, n’hésitez pas à réagir dans les commentaires. On se donne rendez-vous à mon prochain test !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *