Accueil / PlayStation VR / Driveclub VR [TEST]

Driveclub VR [TEST]

Driveclub VR

Driveclub se met à la réalité virtuelle.

A lire également – PlayStation VR : Nos impressions du casque VR de la PS4

Sorti le 8 octobre 2014 sur PlayStation 4, Driveclub est de retour à l’occasion de l’arrivée du PS VR, dans une version taillée pour la réalité virtuelle.

Ne comptez pas garder votre progression puisqu’il s’agit d’un nouveau titre et non d’un patch venant se greffer au titre original. Malgré une ristourne pour les possesseurs du season pass, il faudra donc ressortir le portefeuille pour en profiter.

La progression reprend plus ou moins celle de Driveclub
162 défis sont au menu : drift, contre la montre, championnats…

Les vétérans du titre retrouveront très rapidement leurs marques puisque la structure du jeu et son contenu reprennent la plupart des caractéristiques du jeu original.

Il y a donc de quoi faire puisqu’on compte plus de 80 voitures et 100 tracés à travers 6 destinations (Japon, Ecosse, Chili, Canada, Inde et Norvège) avec en prime de nouveaux circuits urbains.

Il est possible d'ajuster la position de la caméra avant chaque course.
Il est possible d’ajuster la position de la caméra avant chaque course.

C’est bien dans le cockpit que l’on retrouve l’essentiel des nouveautés puisque le joueur prend la place du pilote pour une immersion totale. L’habitacle des voitures, reproduit avec fidélité, est visible sous toutes ses coutures, notamment le tableau de bord entièrement fonctionnel.

Une bonne nouvelle puisque la vue cockpit est parfaitement jouable et offre une immersion inégalée. Grâce à la perspective de la réalité virtuelle, il est bien plus aisé de juger les distances de freinage ou d’anticiper les virages. Les rétroviseurs prennent aussi une importance capitale puisqu’il suffit d’y jeter instinctivement un coup d’œil pour voir immédiatement si on a du monde aux fesses ou pas.

Attention tout de même à ne pas trop jouer la girouette dans le cockpit sous peine d’attraper une migraine carabinée. D’ailleurs, dans certains cas de figure, le jeu vient titiller votre estomac comme par exemple dans les défis de drift ou lors des accidents les plus violents. Heureusement, les éléments statiques de la voiture, comme le tableau de bord, aident à garder son déjeuner.

La sensation de vitesse à bord des hyper est grisante !
La sensation de vitesse à bord des bolides les plus rapides est grisante !

On retrouve les qualités du gameplay de Driveclub, à savoir un pilotage à mi-chemin entre simulation et jeu d’arcade. Pour plus de réalisme, n’hésitez pas à désactiver l’aide au freinage dans les options.

Les sensations de conduite sont même meilleures que dans le jeu original puisque le titre tourne en 60fps, tout est donc extrêmement fluide et réactif.

On retrouve les circuits de Driveclub.
On retrouve les circuits de Driveclub…

Malheureusement, ce gain de FPS a évidemment un coût et ce sont les graphismes qui trinquent avec des visuels clairement en deçà de l’édition 2014. Notamment la définition qui est bien loin du 1080p, l’affichage est parfois tellement flou qu’on a des difficultés à distinguer l’horizon de la route. On peut aussi déplorer la disparition du cycle dynamique jour/nuit, tout comme les superbes effets météorologiques.

Le titre conserve tout de même des effets sympas comme des reflets de lumière convaincants sur le pare-brise ou les pétales des cerisiers japonais qui s’envolent après le passage des voitures.

... Mais aussi quelques circuits urbains.
… Mais aussi de nouveaux tracés se déroulant en ville

A noter que les futurs acquéreurs de la PS4 Pro se réjouiront d’apprendre qu’un patch est prévu pour tirer parti du gain de puissance.

driveclub-multi
Difficile de trouver des joueurs sans matchmaking

Enfin, terminons sur le mode multijoueur qui ne propose pas de matchmaking mais une série d’évènements à sélectionner en espérant tomber sur des joueurs qui sont, pour le moment, (très) difficiles à trouver.

croix petit Positif  Points Positifs :

  • Une immersion au top
  • Des bonnes sensations de conduite
  • Un contenu généreux

croix petit Négatif  Points Négatifs :

  • Des graphismes décevants
  • Absence de matchmaking

Driveclub se met à la réalité virtuelle. A lire également - PlayStation VR : Nos impressions du casque VR de la PS4 Sorti le 8 octobre 2014 sur PlayStation 4, Driveclub est de retour à l’occasion de l'arrivée du PS VR, dans une version…

Driveclub VR

Notre avis - 7

7

Bon

Driveclub VR a bien négocié le virage de la VR en adaptant efficacement sa formule au casque de réalité virtuelle de la PS4. L'immersion et les sensations de conduite sont bien présentes, seuls l'absence de matchmaking et le downgrade des graphismes noircissent le tableau.

User Rating: 3.65 ( 1 votes)
7

DRIVECLUB VR
Plateformes : PS4
Développeur : Evolution Studios
Éditeur : Sony
Sortie : 13 octobre 2016
PSVR Obligatoire : Oui

Test réalisé sur PS4 à partir d’une version fournie par l’éditeur.

Regardez aussi

PS Store : La mise à jour de la semaine (Survie, TWD : A New Frontier…)

Les nouveautés de la semaine sur PS4 (PS VR) et VITA détaillées. A voir aussi ...

error: