Accueil / ARCHIVES Actualité 2015-2021 / Steam : Le géant du jeu vidéo sur PC contre les sites de paris

Steam : Le géant du jeu vidéo sur PC contre les sites de paris

Skin_gambling

Cela fait un moment que la communauté de Counter Strike se voit chamboulée, entre des joueurs scandalisés par les mensonges de streamers et les actions contre les sites de paris.

Des actions contre les paris
Resituons le contexte. Counter Strike : Global Offensive est un FPS. Mais la petite différence de ce jeu est que les joueurs peuvent gagner et échanger des skins d’armes. Le moyen le plus facile d’en avoir est d’acheter des clés, ainsi qu’une caisse d’armes. Le système s’apparente aux machines à sous dans les casinos : on ouvre la caisse, et on tombe sur une skin au hasard. Il est également possible de les échanger et de les vendre via le système d’échange, et le marché Steam.

Avant tout, précisons qu’aux Etats Unis, les paris sont interdits – sauf dans les casinos, qui sont un peu à part. Ensuite, pour parier, il faut être majeur – 21 ou 18 ans pour les USA, en fonction de l’État. C’est donc là que les sites de paris interviennent ; ils permettent aux utilisateurs Steam de lier leur compte vers ces fameux sites, afin de pouvoir parier leurs skins. À noter que la plupart de ces sites ne vérifient pas l’âge des joueurs.

Et c’est là que l’histoire commence, lorsqu’un américain, Michael John McLeod, porte plainte contre Valve, le propriétaire de Steam. Le plaignant accuse l’entreprise d’autoriser et même de supporter les sites de paris :

Lawsuit_1
Une des closes de la plainte.

McLeod précise avoir acheté des skins, les avoir parié – depuis son adolescence jusqu’à ce jour où il est maintenant majeur – et avoir perdu de l’argent, quand bien même Steam prévient clairement l’utilisateur que ces sites tiers ne sont en aucun cas affilié à Steam.

Le message affiché lors de la connexion.
Le message affiché lors de la connexion.

Ainsi, après un silence radio sur cette affaire, Valve répond et défend sa plateforme de distribution en précisant qu’il souhaiterait faire cesser les transactions via les sites de paris :

“En 2011, nous avons ajouté la possibilité d’échanger des objets afin que les joueurs puissent obtenir ceux qu’ils voudraient en jeu, tout en ajoutant de l’économie audit jeu.

Depuis, de nombreux sites de paris exploitent le système d’échange, et il y a eu de fausses suppositions concernant notre implication. Nous aimerions préciser que nous n’avons rien à voir avec ces sites. Nous n’avons jamais reçu la moindre recette de leur part. Et Steam n’a pas de système pour échanger les objets contre de l’argent.

Ils ont divisé en deux parties leurs opérations. D’abord, ils utilisent l’OpenID API comme un moyen pour les joueurs de prouver qu’un compte Steam leur appartient, et il en va de même pour les objets. Toute autre information obtenue concernant le compte d’un utilisateur est soit révélé manuellement, ou via le profil Steam Community (si leur joueur a choisi de rendre le profil public). Ensuite, ils créent un compte Steam automatisé qui ont les mêmes fonctions qu’un compte lambda.

Utiliser l’OpenID API et utiliser les services accessibles par ces comptes en tant qu’utilisateur Steam afin de faire tourner un site de paris n’est pas autorisé par notre API, ni nos accords d’utilisation. Nous enverrons des avertissements à ces sites, leur demandant de cesser leurs activités concernant Steam, et aller plus loin si nécessaire. Les utilisateurs devraient prendre en considération cette information en gérant leurs inventaires de jeu et échanges.”

Le scandale des streamers

L’histoire ne s’arrête cependant pas là : il y a quelques jours, le streamer Trevor « Tmartn » Martin s’excusait publiquement, via une vidéo Youtube, suite au scandale qu’avait provoqué le fait qu’il possède CSGO Lotto, un site de paris. En plus de posséder son propre site de paris sans restriction d’âge, il en avait fait la promotion au fil des streams tout en niant le fait que ce site lui appartenait.

Une vidéo montre également qu’il était connecté sur le compte d’un bot de CSGO Lotto. Il a d’ailleurs supprimé la rediffusion de ce live sur Twitch.

Trmartn

L’affaire a fait du bruit, considérant que le streamer s’est probablement fait des millions tout en faisant de la publicité frauduleuse et des arnaques, sans oublier le fait qu’il possède un site sans restriction d’âge. Le streamer se défend en affirmant qu’il n’a rien fait d’illégal sur sa chaîne YouTube, alors que d’après les lois – section 849.08 – en Floride (où Tmartn vit), il est interdit de se filmer en train de jouer à des jeux de hasard.

Et enfin, dernièrement, Richard Lewis – un journaliste eSport, et casteur CSGO – révèle sur YouTube que Phantoml0rd – un streamer Twitch – est le propriétaire de CSGO Shuffle. Un hacker anonyme a envoyé des documents au journaliste après avoir piraté le compte Skype d’un développeur du nom de Joris. Phantoml0rd était en contact avec ce dernier, et plusieurs captures d’écran de Skype montrent que Phantoml0rd possède CSGO Shuffle, et qu’il a donné de l’argent à Joris.

Les conversations indiquent que le streamer savait non seulement comment ces sites tiers tournaient, mais a aussi parlé à d’autres détenteurs de sites de paris pour trouver un moyen de trafiquer les paris.

Une autre capture montre que le streamer demandait au développeur de trafiquer les pourcentages pendant les paris. D’autres capturent prouvent qu’il utilisait le “bumping” : il lui suffisait simplement de mettre un point dans le chat pour augmenter ses chances de gagner.

NVXjVPT

Depuis quelques années, ces sites de paris connaissent un véritable essor qui ne cesse d’augmenter. Les actions de Valve ralentiront peut-être un peu la cadence concernant les échanges de skins, et recentreront les échanges au sein du marché Steam, tout en empêchant une grande partie des mineurs de participer à ces paris, qui s’élèvent à près de 2,3 milliards de dollars par an.

A propos de NEXTSTAGE

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.