The Division – Beta : Nos impressions après 24h de jeu

The Division : Vivement le 8 mars !

[divider style=”dotted” top=”5″ bottom=”5″]

A voir également : The Division : Aperçu de l’arme “exotique” Caduceus

[divider style=”dotted” top=”5″ bottom=”5″]

Après avoir testé The Division à la Paris Games Week 2015, mes attentes pour le TPS de Massive s’étaient quelque peu refroidies ! A l’époque j’avais trouvé le jeu fade et peu jouable. Il faut dire qu’appréhender le gameplay du titre dans la Dark Zone en moins de 10 minutes n’est pas ce qu’il y a de mieux pour se faire une idée précise du titre.

Avec maintenant plus de 24h de jeu cumulées sur cette Beta, je dois avouer que je suis totalement réconcilié avec le bébé de Massive Entertainment !

[divider style=”normal” top=”1″ bottom=”1″]

The Division : C’est parti pour la Beta !

La beta débute avec la création de votre personnage vous laissant le choix entre une poignée de perso prédéfinis, je choisi un agent avec la même tête que Jon Jones, ça peut être utile si je veux impressionner des ennemis :p

The Division Agent

Il faut savoir qu’Ubisoft a volontairement coupé le début du jeu afin d’éviter au maximum les spoilers. On débarque donc directement niveau 4 dans le camp Hudson, un hub social dans lequel on croise d’autres joueurs, histoire de monter une équipe si le cœur nous en dit.

C’est d’ailleurs le seul endroit, avec la Dark Zone, où l’on pourra croiser des joueurs sans groupe. Le monde ouvert « PVE » est donc uniquement peuplé de PNJ si vous êtes en solo, dommage ! Vous pouvez tout de même voir sur la méga map la position de vos amis en ligne et les rejoindre d’un simple clic.

Les premiers pas dans New York permettent de constater le travail phénoménal de Massive concernant la reconstitution de Manhattan, on s’y croirait ! Mention spéciale aux changements climatiques de toute beauté.

Même si (sur consoles) on est loin de la qualité graphique du trailer de 2013, le jeu reste très sympa visuellement et tourne à 30 fps la plupart du temps avec quelques baisses tout de même dans la Dark Zone quand ça explose de partout.

[divider style=”normal” top=”1″ bottom=”1″]

Pimp my Base

C’est le moment de prendre possession de ma base qui est en quelques sortes l’extension de mon avatar. C’est en effet un espace personnel que vous devrez restaurer afin d’acquérir de nouveaux talents. Pour cela il faut dans un premier temps recruter des spécialistes, ça tombe bien il y a un docteur en otage de l’autre côté de la rue dans le Madison Square Garden.

C’est parti pour la première mission ! En un clic je trouve un groupe d’agents près à en découdre avec les Casseurs, sorte de racaille encapuchonnée qui shoot tout ce qui passe.

D’ailleurs les ennemis de la beta offrent très peu de variété, les Casseurs ont tous plus ou moins le même skin, c’est-à-dire baggy et hoodie. On a l’impression d’être dans la guerre des clones. Au moins leur arsenal est varié, certains sont équipés de battes, uzi, grenades, armes lourdes…

Et il y a les Cleaners, des types en combinaison ignifugées armés d’un lance flamme. On espère plus de diversité dans le jeu final.

La mission du Garden évoque les assauts de Destiny, il faut une vingtaine de minutes pour en venir à bout avec un boss à occire. Si la mission avec son enchaînement couloir / arène de combat ne m’a pas laissé un souvenir impérissable, elle a le mérite de nous enseigner les bases du jeu.

Au terme de la quête je récupère une paire de genouillères et du ravitaillement médical, ce qui me permet d’ouvrir une clinique dans la base afin de récupérer un talent très utile : le soin !

Faut dire que les agents tombent très rapidement sous les balles. Les ennemis par contre sont de véritables sacs à PV ! Ce qui est justifiable vu l’orientation RPG du titre. Je sais que cet aspect fait polémique mais personne ne lève un sourcil lorsque dans The Witcher 3 Geralt doit coller 15 coups d’épée pour crever un vulgaire bandit des champs.

Bref, pour revenir aux  talents, il y en a 3 autres disponibles dans cette beta :

  • le scanner à impulsions permettant de repérer les ennemis à proximité
  • la bombe collante, sorte de lance grenade ultra véloce
  • le bouclier anti-émeute qui offre une bonne protection mais limite l’utilisation des armes aux pistolets

the division base talent

Leur diversité laisse apercevoir des possibilités sympathiques en terme de builds et de synergie de groupe.

[divider style=”normal” top=”1″ bottom=”1″]

A couvert !

Le gameplay dans The Division fait penser à celui de Watch Dogs, on se déplace de cover en cover, en sélectionnant sa destination et en restant appuyé sur carré/X, ça marche bien. C’est d’ailleurs impératif de rester à l’ abri sous peine de morfler sévère !

the division cover

Sans être du niveau des ténors du genre, les sensations du gunfight sont satisfaisantes. Je regrette quand même que les ennemis ne réagissent pas plus aux impacts de balles et l’absence de sang amoindri la violence des combats. Cependant, les animations sont très réussies, comme toujours dans les prod d’Ubisoft.

[divider style=”normal” top=”1″ bottom=”1″]

Le loot c’est la vie !

De retour à ma base, c’est le moment de jeter un coup d’œil à mes loots ! Les équipements dans The Division font penser à ceux de Diablo avec des valeurs définies aléatoirement. Pour avoir le meilleur matos il va donc falloir farmer de nombreuses heures !

A noter la présence de mods pour les armes telles que des chargeurs ou des scopes permettant de bien personnaliser son arsenal.

C’est aussi l’occasion de jeter un coup d’œil aux stats qui sont, là aussi, très semblables à celles du hack & slack de Blizzard avec une tonne d’infos, on est loin de l’opacité de Destiny en la matière ! L’aspect RPG de The Division n’est donc pas usurpé et les possibilités de personnalisation semblent très intéressantes.

[divider style=”normal” top=”1″ bottom=”1″]

New York City

J’ai  pris beaucoup de plaisir à explorer la ville sans tenir compte des objectifs de la carte. Elle est d’ailleurs relativement petite mais offre une bonne densité de lieux à explorer, souterrains, métro, appartements abandonnés, il y a pas mal de choses à voir. J’espère véritablement que Central Park sera dans le jeu, un peu de verdure ne sera pas de refus avec tout ce béton !

A noter la quasi absence de temps de chargement, c’est très appréciable. Les missions s’enchaînent sans coupures, on passe d’une zone à l’autre naturellement, un très bon point !

La carte affiche quelques activités secondaires qui rappellent là encore les mondes ouverts made in Ubisoft : récolter une tonne de collectibles, filer un coup de main à la police (JTF), trouver les Echos, scanner une zone contaminée, pacifier une zone… Des missions qui ressemblent un peu aux contrats de patrouille de Destiny.

[divider style=”normal” top=”1″ bottom=”1″]

Bienvenue dans la Dark zone

Bon assez rigolé, il est temps d’aller dans la Dark Zone histoire de se fritter avec les autres agents. J’appréhendais un peu cette partie du jeu je dois dire. L’idée qu’on vienne me tuer et me piquer mes loots n’est pas des plus plaisantes.

J’entre donc dans la Dark Zone en solo sans trop savoir ce que je vais y trouver, 30 secondes plus tard je croise GrosseVache, un agent à terre aux prises avec des PNJ. Là un choix cornélien se pose, est-ce que je termine la vache ou est-ce que je lui prête main forte ?

Finalement mon côté sympa l’emporte, je bute les ennemis et relève le pauvre bougre… Une petit emote et me voilà reparti à l’aventure. Sauf que le bovidé continue de me suivre comme un toutou, je me décide alors à le grouper et nous voilà en duo.

Tout de suite on se sent plus fort, on s’attaque même à un groupe de renégats, bon c’était une mauvaise idée car ils étaient 4… Qu’importe ! On y retourne bien décidé à se venger ! Entre temps un autre groupe de joueurs était déjà en train de faire la police !

On parvient donc à venir à bout de ces scélérats tout en récupérant notre matos… Il s’agit maintenant d’extraire tout ça par hélico ! Ni une ni deux, on se met en route pour le point d’extraction le plus proche. Un coup de fusée éclairante et c’est parti pour 1min30 de stress ! On couvre nos arrières, on claque les scanners histoire de déceler d’éventuels joueurs quand soudain, 4 types débarquent en faisant des signes « tout va bien on se rend ».

J’aurais dû me douter que des agents sans loot à un point d’extraction c’était louche… (il est possible de voir si des joueurs transportent des loots de la Dark Zone avec la présence d’un gros sac jaune attaché à leur sac à dos) GrosseVache a à peine eu le temps de faire son emote jumping jack qu’il était déjà transformé en steak haché. Grosse panique à bord, je décampe direct dans la direction opposée, après 2/3 minutes de course poursuite je réussi à semer les renégats…

Finalement on parviendra à extraire le magot avec l’aide de 2 autres amis. Beaucoup d’émotions pour ma première heure dans la DZ !

J’ai tout de même quelques craintes concernant cette portion du jeu, tout d’abord les tricheurs, on a vu que certains arrivaient à devenir invisibles via un bug du jeu. Mais aussi l’absence totale de mission ! A par être en concurrence avec les autres agents, grinder les dollars et obtenir de l’xp DZ, il n’y a rien à faire. Espérons que la version finale réserve davantage d’activités.

[divider style=”normal” top=”1″ bottom=”1″]

En deux mots…

J’ai beaucoup apprécié la Beta de The Division, tout n’est pas parfait mais le potentiel est bien là ! Si la version finale propose assez de contenu et surtout un end game de qualité, on tient là un hit mes amis !

N’hésitez pas à partager vos impressions dans les commentaires !

Retrouvez la page avec toutes nos infos sur The Division ici

ban the division

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *