Accueil / Monster Hunter World / Monster Hunter World [TEST]

Monster Hunter World [TEST]

Monster Hunter, un jeu déconseillé aux végétariens.

A lire aussi – Monster Hunter World : La liste des trophées

Le seul Monster Hunter que j’ai eu l’occasion de tâter fut le tout premier épisode sur PSP. L’expérience à l’époque m’avait laissé un souvenir plutôt amer : combats rigides, temps de chargements nombreux, artisanat et interface obscurs… Des griefs qui semblaient coller à la peau de la saga depuis ses débuts.

Fort heureusement, Capcom possède un talent certain pour redonner un coup de jeune à ses licences cultes, comme on a pu le voir avec Resident Evil 7 l’année dernière.

Monster_Hunter_World test

Avec la décision de sortir un nouvel épisode de Monster Hunter sur la génération actuelle de consoles, c’est l’occasion pour le studio de voir grand mais aussi de rendre la saga plus accessible.

Même si les puristes pourront s’offusquer de cet effet casualisation, l’esprit de la série reste largement intact, il s’agit toujours de chasser des monstres, seul ou en équipe, avec l’aide des ressources que vous aurez collectées.

Minerais, plantes, carapaces, griffes… Il est nécessaire de farmer tout un tas de composants pour fabriquer pièges, munitions, armes et armures afin de garnir votre tableau de chasse.

Monster-hunter-world-note

Plutôt discrète dans les volets précédents, l’histoire est ici bien développée et initie efficacement les chasseurs aux mécaniques de base, avec à la clé de belles cinématiques.

L’aventure se lance avec le départ d’une expédition pour le Nouveau Monde, une destination assez ésotérique où poussent des champignons et des dragons. C’est à ce moment-là que vous pourrez concevoir votre avatar avec l’outil de création disposant de très nombreuses options de personnalisation. Vous devrez aussi vous occuper du look de votre Palico, une sorte de Jacouillet félin très utile dirigé par l’IA qui vous assistera dans les combats et l’exploration.

Monster-Hunter_-World_palico

Après avoir pris soin de votre sex-appeal, les choses sérieuses commencent avec la rencontre du Zorah Magdaros, un dragon ancien un poil en pétard qui a décidé de ruiner votre croisière vers Astera, le QG des chasseurs.

C’est à partir de ce hub central que vous pourrez lancer toutes vos explorations, faire du shopping, forger votre équipement, installer vos quartiers, lancer des parties multijoueurs, faire des concours de bras de fer et autres joyeusetés.

Monster hunter review hub Aestra

Lorsque vous mettez le pied pour la première fois dans l’un des cinq écosystèmes, c’est le choc visuel ! Libérés des contraintes techniques de la 3DS, les artistes de Capcom se sont fait plaisir avec des environnements tout simplement superbes dotés d’un cycle jour / nuit et de magnifiques jeux de lumière, le tout sans temps de chargement s’il vous plaît !

La faune et la flore regorgent de détails avec de nombreux animaux de toutes tailles interagissant entre eux. C’est un véritable plaisir d’explorer ces environnements pour dénicher ses ressources, même après plus de 70 heures de jeu, je découvre encore des nouveaux lieux inexplorés.

monster-hunter-world-foret ancienne

Et que dire des monstres à chasser, c’est sans doute l’un des bestiaires les plus impressionnants jamais vu – avec celui d’Horizon Dawn. Les bestioles sont superbement modélisées et disposent d’animations extrêmement soignées, du grand art !

Il n’est d’ailleurs par rare de voir 2 et parfois 3 prédateurs se lancer dans de violentes rixes, c’est souvent l’occasion d’en tirer profit… Ou de se retrouver avec 3 monstres au cul.

Le level design offre lui aussi pas mal d’opportunités qui ne demandent qu’à être exploitées, comme des lianes pour s’élancer et s’agripper au dos des monstres ou des plantes vénéneuses pour empoisonner ses proies.

Grand Jagras

Avec une trentaine de monstres à chasser, il y a de quoi faire, sans compter ceux qui seront ajoutés gratuitement dans de futures mises à jour. Si les premières traques ne poseront pas trop de problèmes avec ce gros sac de Grand Jagras ou le Pukei-Pukei, les choses vont vite se compliquer avec l’apparition de monstres beaucoup plus féroces tels que le Rathalos ou les dragons anciens. Certaines de ces satanés bestioles nécessiteront de longues chasses intenses avec le risque de se faire étaler en quelques secondes et de repartir les poches vides.

Heureusement pour les nouveaux venus, Capcom a rendu le titre plus accessible dans tous les compartiments. Le minage et la cueillette se font très simplement avec une option pour automatiser la fabrication d’objets dès que vous réunissez les ingrédients dans votre sacoche. Quelques herbes récoltées, un peu de miel et hop vous faites le plein de Méga-potions sans effort. Tout est fait pour que le joueur se concentre sur la chasse !

La traque des proies passe maintenant par les Navicioles qui donnent le cap selon les indices récoltés. En inspectant différentes traces laissées par les monstres telles que des empreintes ou des plumes, ces petites lucioles vertes vous indiqueront de plus en plus précisément la position de votre cible.

Monster Hunter World navicioles

Mais tout n’est pas si simple, Monster Hunter World demande toujours un investissement certain pour en saisir toutes les mécaniques. Notamment pour les 14 armes du jeu qui offrent chacune un gameplay radicalement diffèrent, elles font finalement office de classe.

Si vous préférez une grande mobilité, vous pouvez choisir des armes légères comme les Doubles lames, le Marteau est très lent mais n’a pas son égal pour assommer les monstres ou si vous êtes friand de combats à distance, vous avez la possibilité d’opter pour l’Arc ou les Fusarbalètes.

Les combats eux-mêmes sont une franche réussite avec toujours le même plaisir de placer ses combos là où ça fait mal. La relative inertie des coups nécessitera par ailleurs une bonne maîtrise du placement et un certain degré d’anticipation mais lorsque les coups s’enchaînent, vous exécutez des chorégraphies destructrices extrêmement gratifiantes.

Un bémol tout de même concernant la gestion de la caméra qui peut être capricieuse lorsque le système de verrouillage de cible est actif dans un endroit exigu, on se retrouve parfois à devoir taper le monstre à l’aveugle.

Maîtriser les combos et tirer parti des points faibles des monstres demanderont pas mal d’entraînement et certainement quelques recherches sur le Wiki ou Youtube. Et pour ceux qui sont du genre à optimiser à mort leur équipement, préparez-vous à passer un bon moment à la forge pour dénicher LA combinaison mortelle pour vos ensembles d’armure et armes. Même si il y a eu d’énormes efforts pour clarifier l’artisanat, il n’est pas toujours aisé de s’y retrouver entre tous les bonus de statistiques.

Monster Hunter worlf craft

Evidemment pour obtenir le meilleur stuff, il sera nécessaire de farmer en boucle certains monstres, pour les amateurs du grind cela ne posera aucun soucis mais c’est important de préciser que le principe du jeu repose largement sur le farm de composants et cela implique forcément une certaine ritournelle.

En tout cas, l’arsenal, au même titre que les monstres, mérite une mention “Excellent” dans la catégorie graphisme. Les armes et armures sont superbes avec une direction artistique encore une fois parfaitement maîtrisée.

Monster hunter world armures

On peut regretter par contre une interface toujours un peu lourde avec énormément de menus et une navigation pas très ergonomique. Même si il est désormais possible de prendre une potion tout en se déplaçant, c’est toujours un peu la panique pour aller chercher ses consommables en pleine baston, que ce soit avec les flèches directionnelles ou à l’aide du menu radial.

Monster-Hunter_-World_menu-radial

Un joueur solo peut parfaitement s’en sortir avec la seule aide de son Palico, mais à haut niveau, le renfort de collègues peut s’avérer salvateur.

Heureusement, Capcom a clairement assuré avec le mode en ligne puisqu’il est possible de créer un clan pour se retrouver très facilement entre potes. Les joueurs peuvent aussi lancer, en pleine mission, des fusées de détresse pour inviter à la volée des joueurs dans le groupe. Globalement le système en ligne est très souple et à part de rares déco de temps à autre, il est parfaitement fonctionnel.

Au final, cet épisode m’a définitivement réconcilié avec la saga grâce à un savant mélange d’accessibilité et de profondeur qui donne finalement au titre une nouvelle dimension.

croix petit Positif Points Positifs

  • Des graphismes et une direction artistique au top
  • Des écosystèmes grouillant de vie
  • Le bestiaire génial
  • Un système de craft addictif
  • Une durée de vie gigantesque
  • Accessible mais difficile à maîtriser
  • Un arsenal d’une grande richesse
  • Le mode en ligne efficace

croix petit Négatif Points Négatifs

  • Une interface encore un peu pataude
  • Quelques statistiques obscures (effets des potions, bonus d’armures…)

Monster Hunter World

Notre avis - 9

9

Excellent

Avec ce nouvel épisode, Capcom sublime la formule Monster Hunter avec tout un tas de nouveautés qui simplifient la vie tout en gardant l’esprit de la saga intacte. Un jeu qui devrait pleinement satisfaire les vétérans comme les nouveaux venus.

User Rating: 4.48 ( 5 votes)

Monster Hunter World
Plateforme : PlayStation 4, Xbox One (sortie sur PC à l’automne)
Développeur : Capcom
Éditeur : Capcom

Genre : Action-RPG
Sortie : 26 Janvier 2018
Testé avec une copie fournie par l’éditeur sur PS4 Pro

Regardez aussi

monster hunter world ryu

Monster Hunter World : Du gameplay pour Ryu

Ryu montre ses talents dans Monster Hunter World. A lire aussi – Monster Hunter World [TEST] …