Review Tower of Fantasy : un sérieux concurrent à Genshin Impact ?

L’aventure Tower of Fantasy a débuté le jeudi 2 août 2022 dans le monde entier sur PC et mobile. Avec plus de 4 millions de comptes préinscrits, cet Action-RPG Gacha free-to-play développé par Hotta Studio et édité par Level Infinite était très attendu par les fans du genre. De quoi faire de l’ombre à Genshin Impact qui présente de nombreuses similitudes…

La mise à jour 2.0 de Tower of Fantasy arrive en ce jour du 20 octobre, en parallèle à la sortie du jeu sur Steam. Il est grand temps de faire le bilan.

Accompagnée d’amis et de quelques membres de l’équipe Next Stage (coucou Cinder et Rayan), je me suis lancée à corps perdu dans cet univers prometteur. Fervente joueuse de Genshin Impact et friande de ce genre de gameplay, c’était une évidence pour moi de laisser une chance à ToF, que j’ai attendu avec impatience.

Tower of Fantasy peut-il concurrencer Genshin Impact ? Est-il meilleur ? Quels sont ses points forts et ses défauts ? Je vous livre aujourd’hui mes impressions et mon avis aux côtés de Rayan et Cinder, après avoir foulé les terres d’Aida.

Tower of Fantasy : un jeu avec de nombreuses qualités…

Un monde ouvert de toute beauté et riche en activités

Nombreux d’entre nous sont ceux qui attachent une importance significative à la patte graphique d’une œuvre vidéoludique. Avec son esthétique en cel-shading et son univers à mi-chemin entre la Fantasy et la SF, ToF marque un point et fait beaucoup d’adeptes.

Force est de constater que ToF est moins beau que Genshin Impact sur le plan graphique, il faut l’avouer. Tant concernant les environnements que les personnages qui sont (selon moi) plus travaillés sur Genshin Impact. Cependant, cela n’enlève en rien le charme de ToF qui saura ravir les fans de SF et de jeu en multijoueur.

Le monde d’Aida regorge de choses à découvrir : exploration, coffres, énigmes, ennemis en tout genre, boss menaçants… Une chose est sûre, quand vous débutez sur ToF, vous ne pouvez pas vous ennuyer tant il y a de choses à faire ! Il existe plusieurs façons d’obtenir des coffres qui rendent l’exploration moins monotone. On espère voir d’autres mécanismes spécifiques à chaque région s’ajouter petit à petit.

A côté de l’exploration, d’autres activités vous attendent pour varier les plaisirs : donjons, mini-jeux, événements temporaires, PVP, World Boss, Housing… Toute une flopée de possibilités pour engranger des ressources, des cristaux noirs, de l’exp, des matrices, des reliques, divers composants et même parfois des armes SSR.

Pour vagabonder sur les différentes maps de ToF, pas forcément besoin d’utiliser vos patounes ! Avec les véhicules, parcourez des distances en un temps record tout en ayant la classe. Car oui, on veut tous la monture Monocross pour pouvoir dire “J’peux pas, j’ai poney”. 

Le système de reliques est également très intéressant et apporte une plus-value indéniable au gameplay. Durant l’exploration, ces gadgets permettent d’interagir avec l’environnement, et pendant les combats, ils offrent des avantages conséquents.

En bref, les activités sont certes plus variées que dans Genshin Impact, mais sont-elles pour autant intéressantes ? Seul l’avenir et l’ajout de nouveaux contenus réguliers nous le diront.

Pour ma part, j’ai étonnamment été très vite lassée par la répétition des tâches une fois l’exploration terminée à 100%. J’ai adoré fouiller toutes la map mais j’ai été très déçue quand je n’avais plus que mes tâches hebdomadaires et quotidiennes à faire et ma vitalité à dépenser.

Malgré cette problématique similaire sur Genshin Impact, je suis plus accrochée à ce jeu, principalement en raison du lore beaucoup plus développé et de l’interdépendance des personnages qui me motive à toujours farmer plus pour les optimiser. 

Un charadesign travaillé et une customisation de personnage au poil

Contrairement à Genshin Impact, Tower of Fantasy vous offre la possibilité de customiser le personnage que vous allez incarner

L’éditeur de personnage est assez bien conçu et complet, sans pour autant rentrer dans des paramétrages trop farfelus. De la tenue, en passant par la coupe de cheveux et jusqu’aux proportions de votre personnage, tous les critères y passent ! Il sera donc difficile de trouver votre jumeau parfait dans ToF tant les options sont variées.

Avec un peu d’ingéniosité, vous pouvez même recréer vos héros préférés de jeux, manga ou anime. Chaque design de personnage peut être enregistré et partagé, permettant à d’autres joueurs d’accéder au modèle et de l’utiliser à leur tour. Donc si vous n’êtes pas du tout créatif ou avez simplement la flemme, vous trouverez forcément un design qui vous correspond parmi l’immense bibliothèque de modèles déjà créés !

Voici mon petit personnage ! Et vous, à quoi il ressemble ?

Si vous le souhaitez, vous pouvez également équiper le skin du personnage (appelé Simulacre) que vous obtiendrez en récupérant son arme. Leur esthétique est plus travaillée que les autres personnages que l’on peut rencontrer en jeu et certains sont vraiment classes.

Même si la plupart des personnages restent badass et qu’on a tous envie de les pull, mon coeur balance en faveur des personnages de Genshin Impact. Leur esthétique plus travaillée et surtout leur histoire beaucoup plus développée que celle des personnages de ToF ont fait pencher la balance. Par contre, j’ai apprécié pouvoir créer un personnage à mon image ce qui m’incite plus à le jouer, contrairement au personnage principal de Genshin Impact que j’ai tendance à laisser de côté.

Un gameplay dynamique

Outre l’exploration, l’essence même de ce type de jeu réside dans son système de combat. Et il est tout de même bien différent de celui de Genshin Impact.

Dans Genshin Impact, vous composez votre équipe avec 4 personnages. Il faudra compter sur la synergie des différents éléments et l’alternance entre les combattants pour créer des réactions élémentaires qui amplifient les dégâts. En dehors des attaques normales, compétence et déchaînement élémentaires, rien qui ne sorte du lot. Pas de combos ou d’effets différents si notre attaque est effectuée sur le côté ou à l’arrière par exemple, ce qui peut rendre le gameplay un peu monotone si vous vous cantonnez à jouer une seule équipe.

Dans Tower of Fantasy, vous équipez un total de trois armes entre lesquelles vous pourrez changer à tout moment, vous permettant de réaliser des combos impressionnants et dévastateurs. Contrairement à Genshin Impact, vous pouvez vous battre dans les airs et vos esquives offrent également de nouveaux movesets. De quoi rendre le gameplay beaucoup plus attrayant, fun, dynamique et nerveux.

Chaque arme possède une compétence propre avec des animations travaillées et époustouflantes. Vous avez également la possibilité d’utiliser une autre compétence nommée “Décharge” qui correspond en quelque sorte à une attaque ultime, disponible lorsque la jauge de l’arme est pleine. De plus, le système d’esquive parfaite permet de ralentir le temps dans une zone autour de l’ennemi et de déclencher une attaque spéciale en changeant d’arme.

La synergie entre les types d’armes (attaque, défense, soins) permet au joueur de se spécialiser dans le rôle qu’il préfère jouer au sein d’une équipe. Certaines armes apportent même une résonance élémentaire si vous équipez des armes d’un élément identique. 

Pour vaincre les ennemis dans ToF, il faudra donc analyser leurs faiblesses et les exploiter pour en venir à bout avec vos techniques redoutables. Ainsi, il est conseillé d’avoir des équipes variées, au moins en termes d’éléments, pour pouvoir faire face à toutes les situations.

Un mode multijoueur pratique et avantageux

Le gros point fort de ToF face à Genshin Impact, c’est bien évidemment son aspect multijoueur. Même s’il est possible de jouer avec d’autres personnes sur Genshin Impact, je ne dirai pas qu’il s’agit de multijoueur mais plutôt d’entraide, tant les interactions et activités à plusieurs sont limitées. La majorité du contenu est faisable tout seul.

À l’inverse, il y a un réel intérêt à jouer à plusieurs sur ToF. Pour commencer, bon nombre de contenus sont conçus pour être faits en multijoueur : opérations conjointes, conflit frontalier, faille du néant, raids, world boss… Le système d’équipes (guildes) permet aux joueurs de se réunir en fonction de leurs affinités (type de gameplay, langue parlée, centres d’intérêt, communautés…) et de jouer avec des gens qui leur ressemblent. 

Tout est pensé pour faciliter et mettre en avant l’expérience multijoueur : chat en jeu (écrit et vocal), bonus d’exp, possibilité de se téléporter sur le chef d’équipe pour se rejoindre facilement, ouverture des coffres et résolution des énigmes accessibles même en multijoueur, combats plus simples… l’aventure ToF est résolument plus sympa à plusieurs !

Pour éviter les crashs et les lags, plusieurs canaux de jeu sont accessibles et permettent aux joueurs du serveur de se répartir plus facilement. 

Cet aspect multijoueur ouvre également la voie à un mode de jeu répandu sur les MMO du genre : le PVP. N’étant pas du tout fan de PVP, je peux difficilement me prononcer sur ce dernier. Il a cependant le mérite d’exister et d’offrir aux joueurs quelques récompenses régulières qui permettent d’effectuer des tirages. Pour les combattants les plus aguerris, des items exclusifs comme des montures ne sont obtenables que par ce biais.

Petit bémol tout de même : la recherche d’équipe bancale. En effet, lorsque l’on s’inscrit pour participer à un donjon, on définit à l’avance le rôle que l’on va jouer dans l’équipe (tank, healer, DPS). Cela ne nous empêche pas pour autant de jouer finalement avec un autre rôle qui n’a rien à voir avec celui indiqué. Cela mène donc souvent à des donjons frustrants qui traînent en longueur, voire même à l’échec ou à l’abandon car il manque un rôle clé au sein de l’équipe. D’ailleurs, on ne reçoit aucune pénalité si on quitte le groupe en plein milieu d’un donjon ! Chose qui arrive souvent une fois qu’un joueur a obtenu ce qu’il convoitait dans le donjon, laissant en plan ses autres coéquipiers…

En bref, ToF tire son épingle du jeu en mettant le multijoueur au cœur de son concept. Mais il reste encore quelques petites choses à peaufiner !

Un système de gacha bien pensé et généreux

Le gacha représente le modèle économique de Tower of Fantasy. Ce système basé sur le hasard puise ses racines dans les gachapon, ces petits distributeurs de jouets qui ont la cote au Japon. L’objectif : dépenser votre argent pour effectuer des tirages et espérer obtenir l’objet de tous vos désirs.

Dans ToF, on dépensera donc des cristaux noirs ou des nucléus sur des bannières pour essayer de récupérer des armes (simulacres) et matrices à équiper sur notre personnage, dans le but de l’améliorer. Ces ressources peuvent s’obtenir de différentes manières et ToF semble assez généreux puisqu’il nous en est offert une quantité conséquente sans avoir à sortir le portefeuille.

Pour obtenir de quoi pull, il n’y a pas de secret : il faut jouer au jeu tout simplement. Bonus de connexion, quêtes quotidiennes et hebdomadaires, journal d’aventure, exploration, quêtes, évènements, succès, compensations pour les périodes de mise à jour ou les bugs… Il existe d’innombrables moyens de récupérer des cristaux noirs et des nucléus sur ToF. Avec bien entendu, la fameuse CB et les packs payants que nous évoquerons plus tard. Sur ce point, Genshin Impact fonctionne de la même manière. 

Mais qu’est-ce que ça signifie concrètement en termes de tirages ? La bonne surprise sur ToF, c’est que l’obtention du Simulacre de nos rêves est garantie en 120 voeux maximum ! Et c’est plutôt correct quand on sait qu’il en faut maximum 180 pour obtenir le personnage en vedette que l’on souhaite sur Genshin Impact. Bien entendu, avec de la chance, votre personnage peut tomber bien avant ces chiffres sur les deux jeux.

Avec un coût de 150 cristaux noirs (ToF) contre 160 primo-gemmes (Genshin Impact) pour l’invocation d’un personnage, les calculs vont en faveur de ToF. Il vous faudra économiser 18 000 cristaux noirs pour garantir votre personnage sur ToF, contre 28 800 primo-gemmes pour Genshin Impact. Au final, la question, elle est vite répondue : ToF fait mieux que Genshin Impact sur ce point.

Jusqu’à présent, les récompenses sont assez généreuses et permettent rapidement de se garantir un voire plusieurs Simulacres SSR. La grande question est donc : est-ce juste un coup marketing pour les débuts du jeu ou bien ToF est-il vraiment si généreux avec ses joueurs et va garder cette politique sur le long terme ? Seul l’avenir nous le dira…

... Mais pas exempt de défauts.

Une histoire vraiment pas à la hauteur

Selon nous, un jeu parfait allie graphismes, gameplay et histoire à couper le souffle. Même si ToF s’en sort plutôt bien côté esthétique et gameplay, on ne peut malheureusement pas en dire autant de son histoire.

Comment vous dire… le pitch classique du personnage qui a perdu la mémoire et qui ne sait pas d’où il vient ni qui il est ? C’est bon, on la connait cette rengaine qu’on a déjà vu au moins autant de fois qu’un épisode d’une Nounou d’Enfer sur M6. 

On débarque donc dans une ville où l’on est censé connaître personne mais où on devient en l’espace de 5min le/la meilleure ami(e) d’une jeune fille et de son frère. Si bien que lorsqu’ils se retrouvent soudainement en danger, on décide de les suivre sans aucune hésitation dans n’importe quel recoin de la planète. Mais qui fait ça sérieusement ?

On vous épargnera également les nombreux spoils dans les visuels de chargement qui vous révèlent sans aucune gêne l’identité et le sort du personnage féminin principal, avant même d’avoir atteint ce point dans l’histoire… Certes le jeu existe depuis un certain temps en Chine, mais c’est le genre d’informations pour lesquelles on a personnellement envie de garder un minimum de surprises et pour lesquelles on va éviter les spoils sur internet. On ne s’attendait donc pas à se faire spoil par le jeu lui-même.

Ajoutons à cela des dialogues interminables et dénués d’apport concret pour l’histoire, c’est là qu’on se dit qu’on est content d’avoir un bouton pour skip tout ça. Pourtant on vous l’assure, on a tout lu jusqu’au dénouement de la 1.0, et c’était clairement une purge.

A l’opposé, Genshin Impact présente une histoire beaucoup plus travaillée, profondément ancrée dans le lore du jeu qui voit très loin, jusqu’à un développement prévu sur une dizaine d’années. Les quêtes de l’histoire principale sont très intéressantes, et même si elles nous font souvent prendre des détours par rapport à notre objectif principal, c’est dans le but de mieux cerner le monde de Teyvat et pourquoi il est ce qu’il est aujourd’hui.

Ces quêtes sont accompagnées de cinématiques splendides à couper le souffle et qui donnent la chair de poule. De quoi renforcer la hype que génère l’histoire de Genshin Impact. Son défaut pourrait justement être que les détails sont parfois abordés trop en profondeur, ce qui ironiquement, peut aussi donner envie de skip certains dialogues. 

Un cap exp par jour et des coffres verrouillés avec un compteur de temps

Ce que j’adore particulièrement dans ce genre de jeu, c’est la sensation de liberté que l’on peut ressentir lorsqu’on part explorer les régions, parfois même très éloignées de notre lieu de quête. Il peut parfois m’arriver de faire une pause dans le scénario juste pour partir explorer un bout de map qui m’attire.

C’est une pratique que j’adore particulièrement en début de jeu, où tout m’émerveille encore : la moindre petite fleur, une nouvelle créature et tous les petits coffres disséminés partout. Parfois bien en évidence, parfois cachés, d’autres fois accessibles après un combat plus intense que la moyenne. C’est d’ailleurs ce qui m’a plu (et me plaît toujours) dans Genshin Impact. 

Quelle ne fut pas ma déception lorsque je me suis aventurée bien plus loin sur la carte de ToF et que je me suis retrouvée face à une immensité de coffres et d’énigmes non disponibles pour le moment… Couplé à la limitation d’expérience que l’on peut accumuler par jour et qui nous empêche donc d’améliorer notre personnage et de progresser dans l’histoire à notre guise, je me suis sentie quelque peu bridée dans la façon dont j’aimerais aborder le jeu. Cinder et Rayan partagent ce même sentiment.

Je comprends qu’il s’agit certainement d’un stratagème de Hotta Studio pour freiner la progression des joueurs et leur garantir en quelque sorte un peu de contenu de façon régulière, mais je trouve l’idée très frustrante. En particulier pour les joueurs et joueuses comme moi pour qui l’exploration et le farm sont une source de motivation.

Ce système a cependant une logique, en particulier pour les nouveaux joueurs. Ceux débarquant fraîchement sur Aida bénéficient d’un énorme bonus d’exp pour se mettre rapidement au niveau des joueurs plus anciens.

Cela résout une partie des problèmes que rencontrent les MMO classiques où la progression est souvent très lente au début et où il est difficile de trouver des compagnons pour les contenus bas niveau. Dans ToF, vous serez rapidement au même niveau que les autres et pourrez profiter du contenu multijoueur avec eux.

Une interface complexe et une compatibilité manette à peaufiner

En tant que slackeuse professionnelle, j’aime pouvoir geeker depuis mon confortable dodo. Je joue donc très souvent à la manette et avec le jeu sur ma télé. Pour moi, un jeu bien optimisé pour une utilisation manette doit permettre d’effectuer absolument toutes les actions possibles avec ladite manette.

Ce n’est malheureusement pas le cas de ToF, qui va dans tous les cas nécessiter une utilisation du clavier et de la souris pour réaliser certaines actions. Certains menus ne sont accessibles ou refermables qu’avec la souris, il n’est pas possible de zoomer sur la carte avec le joystick, il faut cliquer sur des boutons affichés à l’écran pour pouvoir lire certaines indications… 

A noter également qu’on ne peut pas changer l’attribution des touches de la manette, alors qu’on peut le faire pour le clavier PC. Meh. Moi qui voulait mapper mes touches comme Genshin Impact pour conserver mes réflexes d’un jeu à l’autre, c’est raté !

Je pense que cela doit en partie expliquer pourquoi une sortie sur console en simultané n’était pas possible, car il y a encore du boulot au niveau de la jouabilité manette, là où Genshin Impact s’en sort merveilleusement bien.

Des efforts semblent cependant avoir été faits depuis le début du jeu. Dans le menu en forme de tuiles ci-dessus, il est désormais possible de déplacer le curseur de la souris avec le joystick droit de la manette. L’utilisation n’est cependant pas optimale, du moins pour une manette PS4 utilisée avec DS4 Windows. Espérons que la jouabilité manette continue d’être peaufinée au fil des mises à jour.

Des mises à jour très (trop ?) rapides

Un autre point qui pour nous est décevant est la sortie trop rapide des mises à jour. Cela ne nous laisse pas le temps d’apprécier le contenu déjà disponible ou bien d’économiser des cristaux noirs et nucléus rouges pour le personnage que l’on souhaite acquérir. Puisqu’il faut le dire, c’est en grande partie pour les pulls et les personnages que l’on va jouer à un gacha.

Comme dans Genshin Impact, le but est clairement de créer de la frustration chez le joueur pour le pousser à dépenser de l’argent réel en jeu. En somme, le principe même d’un gacha auquel ne déroge pas ToF.

Cela démontre également qu’Hotta Studio souhaite à tout prix rattraper le plus rapidement possible la version chinoise du jeu. Cela est tout à fait compréhensible du côté des développeurs mais laisse un sentiment de frustration important aux joueurs qui n’ont pas le temps de consacrer plusieurs heures au jeu. 

Espérons que ces petits défauts soient comblés avec le temps et qu’Hotta Studio écoutera sa communauté pour nous offrir le jeu de nos rêves. Tower of Fantasy n’en reste pas moins un excellent MMORPG-Gacha très addictif.

Les achats intégrés dans Tower of Fantasy

Petite parenthèse concernant les achats intégrés dans Tower of Fantasy. En tant que jeu free-to-play, il est totalement jouable sans dépenser un seul centime. Il n’est ni nécessaire d’acheter le jeu, ni nécessaire de payer un abonnement pour y jouer. Les développeurs tirent donc leurs revenus grâce à la vente de divers packs disponibles dans la boutique en jeu.

On y retrouve les Provisions de pass mensuel, un équivalent de La faveur de l’astre sur Genshin Impact. Il s’agit d’une offre renouvelable à tout petit prix (environ 5€) qui permet d’accumuler une fois par jour des ressources pour pull, pour une durée d’un mois.

Vous pouvez également gagner des récompenses en jeu grâce à un Battle Pass, système désormais démocratisé dans bon nombre de jeux du genre. Il existe une version gratuite qui profite à tous, ainsi que des améliorations payantes (de 9.99€ à 19.99€) qui ajoutent des ressources supplémentaires, débloquables instantanément ou bien à chaque palier de récompense atteint. 

Vous avez aussi la possibilité d’acheter des packs de Tanium (de 0.99€ à 99.99€), la monnaie payante du jeu. Ils vous seront utiles pour acheter d’autres packs avantageux ou directement des cristaux noirs pour effectuer vos tirages.

Avec ce début prometteur pour Tower of Fantasy, reste à voir comment cela se profilera sur le long terme. 

Pour Cinder, Rayan et moi, Tower of Fantasy ne concurrence pas Genshin Impact de plein front et ne vise pas exactement le même public. Les personnages et l’histoire de Genshin Impact sont plus travaillés, on reste sur le jeu pour en connaître la suite, pour collectionner les personnages tous plus beaux et intéressants les uns que les autres, pour découvrir de nouvelles zones à chaque fois plus travaillées. Dans Tower of Fantasy, on va chercher la sensation de combat, la dynamique de groupe à travers le contenu multijoueur et l’aspect social des guildes, le mode PVP et le Fantasme résolu pour un aspect plus compétitif.

Pour construire le jeu idéal, il faudrait donc mixer les deux jeux. Ou avoir des journées de 48h pour profiter des deux jeux en même temps.

En résumé : les points forts et points faibles de Tower of Fantasy

La prochaine grosse mise à jour du jeu intitulée “Tower Of Fantasy 2.0: Vera” sort aujourd’hui, le 20 octobre 2022, sur PC, Android & IOS. A cette même occasion sortira la version Steam du jeu, de quoi ravir les joueurs PC.

La mise à jour “2.0: Vera” introduit le contenu suivant :

  • Une nouvelle région désertique du nom de « Gobby » 
  • Un nouveau chapitre d’histoire
  • Une ville Cyberpunk du nom de Mirroria
  • De nouveaux véhicules
  • De nouveaux Simulacres
  • Des défis environnementaux
  • De nouveaux raids 

Le mot de la fin

Tower of Fantasy est un jeu pour lequel nous aimerions bien développer une catégorie dédiée. Malheureusement, les bras nous manquent au sein de l’équipe de rédaction pour mener à bien ce projet.

Vous êtes intéressé(e) pour couvrir cette rubrique et offrir à nos lecteurs le meilleur contenu sur Tower of Fantasy ? N’hésitez pas à contacter notre rédac’ chef Grey pour plus d’informations ! (et je fais d’excellents cookies, je dis ça, je dis rien… Comment ça j’essaye de vous acheter avec de la bouffe ?!)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *