Accueil / La Collection / Destiny 2 / Destiny 2 - L'Actu en continu / Bungie : L‘affaire IGN et la réponse de Bungie

Bungie : L‘affaire IGN et la réponse de Bungie

Bungie

A lire aussi –  Retrouvez toutes les armes exotiques de Destiny 2 et leurs catalyseurs.

Vendredi un (très) long article de nos confrères d’IGN est paru, mettant en lumière bon nombre de faille dans la gestion de la culture du travail au seins du studio Bungie au fil des ans.

L’article vise à comprendre « comment une énorme société de jeux peut-elle éliminer complètement la culture toxique et devenir un lieu de travail vraiment sûr et diversifié ? » avec notamment des témoignages anonymes de personnes travaillant dans le studio.

En voici un long résumé pour tout comprendre ainsi que la réponse du CEO de Bungie.

Mise en contexte

  • En septembre Bungie faisait une annonce quant à son désir de combattre la culture de travail toxique. 
  • Cette annonce s’est traduit par un ensemble de mesure prise par le PGD Pete Parsons dont « l’embauche d’un directeur de la diversité et de l’inclusion, qui mettrait à jour les pratiques d’embauche, améliorerait la formation et les outils, autoriserait les rapports RH anonymes et mettrait fin à l’arbitrage forcé. »
  • Ce fut salué par toute l’industrie mais en interne cela n’eu pas la même portée.
  • IGN a parlé à 26 employés actuels et anciens qui ont travaillé chez Bungie au cours de la dernière décennie. Leurs récits de la culture de travail du studio englobent un large éventail d’expériences.
  • Bon nombre de ses employés actuels et anciens ont estimé que leurs expériences au sein de l’entreprise – remontant à 2011 et pas plus tard que cette année – se heurtaient dramatiquement à l’autoportrait vertueux de Bungie.
  • Les sujets sont principalement le sexisme manifeste, la culture des « clubs de garçons », le resserrement et la protection des RH des agresseurs, ainsi que des histoires plus complexes de micro-agressions, d’inégalités systémiques et de difficultés à se faire entendre.
  • Cependant, les personnes interrogées comprennent également un certain nombre d’employés plus récents qui, malgré leurs propres blessures, croient vraiment que le studio s’améliore lentement mais régulièrement, sont francs quant à l’immense défi d’essayer de faire prendre une meilleure direction à un navire aussi massif.

Résumé de l’article d’IGN

IGN logo

L’équipe narrative est l’échantillon représentatif des problèmes culturels historiques de Bungie

Des leaders toxic

  • Son équipe narrative a connu au cours des cinq ou six dernières années, un leadership toxique, des problèmes de crise et parfois une séparation ingérable entre les idées de la culture “Old Bungie” et “New Bungie”.
    • Plusieurs sources ont parlé d’un chef d’équipe narrative de l’époque qui a subi un épuisement professionnel massif pendant le projet, créant un environnement de travail de plus en plus toxique pour les autres membres de l’équipe, suffisamment pour que les membres de l’équipe gardent un compte à rebours des jours depuis sa dernière “explosion” sur un tableau blanc.
      • Beaucoup de personnes connaissaient l’histoire de lui jetant une chaise contre une fenêtre parce qu’il sentait que les autres ruinaient sa vision créative du jeu.
      • Il a travaillé sur D1 et est resté plusieurs années avant de partir puis d’être rappelé sur D2.
    • D’autres personne était touché par l’épuisement pro sur le projet D1
    • Pour D2 Bungie a réunis une équipe plus diversifié (plus de femmes et de personnes de couleurs). Mais le leadership était toujours mené par « une série de chef masculins blanc » qui « rendait la vie misérable à leurs écrivains pendant des années ».
  • Un leader du début de cette période a été décrit par l’une de nos sources anonymes comme un « cauchemar sexiste » qui criait lors des réunions et jetait des papiers sur les tables.
    • Plusieurs personnes nous ont dit qu’il réécrivait fréquemment des choses à la dernière minute, souvent en route pour des sessions d’enregistrement vocal. Les écrivains ne seraient pas informés des modifications apportées à leur travail avant que les lignes vocales n’aient déjà été enregistrées.
    • Une autre source a déclaré qu’il était “littéralement la pire personne pour qui j’aie jamais travaillé”.
    • Ce témoignage nous vient de l’une des rares sources à avoir accepter de rompre l’anonymat : Cookie Hiponia, membre de l’équipe narrative jusqu’en 2019.
    • Cette personne fut licencié mais remplacé par un leader également toxic tyrannique sexiste et accusé de propos homophobe et raciste envers des employés.

Le rythme de travail

  • Le rythme de travail étant également titanesque. Les équipes réclamait plus d’embauche pour soulager la charge de travail et le rendement pendant le développement de D2 et de ses extensions mais cela a été refusé.
    • Les proches de l’équipe décrivent ses membres travaillant 60, 70, 80, voire 100 heures par semaine
  • Le Crunch a été exacerbé par le besoin constant de révisions et de changements de dernière minute, souvent aggravés par des conflits constants pour savoir qui avait le contrôle de l’histoire. (La vision de D1 vs la vision des nouvelles équipes de D2)

Les injustices

  • L’équipe des cinématiques essayait de travailler indépendamment des équipes narratives ce qui a entraîné des déconnexions entre les traditions établies, les récits de quêtes planifiés et les grands rythmes de l’histoire.
  • L’écriture des personnages féminin a fait l’objet d’une lutte interne entre les écrivains pour éviter des traitements dégradants des personnages femmes comme Eris Morn, Mara Sov, Ana Bray, Ikora Rey, Suraya Hawthorne et d’autres qui s’appuyaient sur des stéréotypes nocifs des femmes et des problèmes de santé mentale, souvent malgré les objections.
  • La romance gay de Devrim sous entendu in game fut sabordé par un haut placé pour gagner des parts de marché en Chine et en Russie.
  • On a spécifiquement dit à Hiponia qu’elle ne pouvait pas être promue parce qu’elle “n’était pas assez bonne au jeu”, malgré le fait que ses principales responsabilités narratives n’étaient pas liées à la conception du gameplay.
  • Beaucoup ont écrit des lettres au PDG Pete Parsons, implorant de l’aide. Ils n’ont jamais eu de réponse.
Conclusion :

Ce n’est que lorsque plusieurs écrivains ont démissionné ou menacé de démissionner en même temps – y compris chaque femme de l’équipe narrative – que Bungie a finalement rejeté les responsables du chaos et a commencé à prendre les préoccupations de l’équipe plus au sérieux. Ceux qui sont liés à l’équipe narrative disent aujourd’hui que les choses se sont améliorées, avec plus de financement et d’employés pour partager la charge, et de nouveaux prospects spécifiquement chargés d’aider le département à se rétablir. Mais il a finalement fallu sacrifier la carrière et le bien-être mental et émotionnel de nombreuses personnes pour y arriver.

Et ce scénario s’étend à quasi tout les pôles du studio jusqu’à très récemment.

L’hypocrisie du studio

La suite de l’article met en lumière l’aspect hypocrite à se présenter comme une entreprise progressiste au yeux du grand public et de l’industrie en se mettant toujours plus en avant sur ses principes mais à contrario être complètement comparable en internes aux autres firmes toxiques et délétère de l’industrie du JV.

“Quand j’ai lu la réponse de [Bungie] [à Activision-Blizzard], j’ai ri”, a déclaré un ancien employé. “Ce n’était pas mon expérience là-bas […] Ils ont cette valeur fondamentale qu’ils ne tolèrent pas les connards même s’ils sont des rockstars, mais ils le font totalement. Tout cela est ambitieux. Ce sont les valeurs auxquelles ils veulent parvenir, mais ils ne les appliquent pas.” 

En effet l’un des soucis viendrait des « rockstar » made in Old Bungie qui serait dans des abus de pouvoir et également protégés par les RH. Et cela prend source avec le développement d’Halo.

  • Un chef d’entreprise de haut niveau qui était avec Bungie depuis Halo a été décrit par des sources comme un “connard” qui dénigrait constamment les autres, méprisait ceux qui ont évoqué la culture toxique de l’entreprise, n’a pris la peine d’apprendre le nom de personne (…) a également été vu en train de devenir incroyablement saoul lors d’événements d’entreprise et se coupait les ongles des pieds à son bureau.
  • Cette personne a atteint les plus hauts niveaux de l’entreprise avant d’être tranquillement licenciée après des années de problèmes.

« La réticence apparente des RH à aider ceux qui se plaignaient des chefs d’équipe toxiques était un thème récurrent dans nos entretiens. (IGN) »

En confirmation :

“C’est un fait bien connu, si vous parlez aux RH, vous mettez votre propre travail en jeu”, a déclaré une personne. « Les RH n’ont jamais été là pour protéger les employés. Ils ont toujours été là pour protéger l’entreprise. J’ai vu cela se produire plusieurs fois chez Bungie, où quelqu’un est allé aux RH et les choses ont complètement dégénéré pour eux. »

Le sexisme envers les femmes

Les femmes en particulier ont lutté chez Bungie au fil des ans.

  • Plusieurs sources ont déclaré que les femmes faisaient l’objet de discussions disproportionnées lors de réunions, que leur capacité à faire leur travail était remise en question, que leurs idées étaient ignorées puis utilisées par des hommes qui s’en attribuaient plus tard le mérite, ou que leurs questions ou contributions étaient simplement rejetées.
  • “Beaucoup de femmes […] ont été mises sur ce que j’appellerais des projets peu attrayants qui allaient finir par avoir des problèmes majeurs, peut-être même potentiellement des problèmes de qualité, des choses qui n’étaient même pas très bien financées”, a déclaré une autre source. “Des choses qui n’allaient pas réussir d’une manière qui leur permettrait de briller dans une période de review.”
  • Une autre source a rappelé que les cadres supérieurs de Bungie avaient des “noms de code” pour les femmes du studio qu’ils trouvaient attirantes, qu’ils utiliseraient ouvertement au studio à l’insu des femmes. Certains de ces noms faisaient référence à leur forme physique, à la couleur de leurs cheveux ou à des termes carrément désobligeants.

Le comité de diversité interne

De 2016 à 2018, Hiponia fait partie d’un comité interne de diversité qui avait été formé l’année précédente.

  • Le comité était un groupe officiel de Bungie qui, en raison des restrictions de l’entreprise sur les heures allouées aux réunions et du manque de soutien réfléchi aux besoins de ce groupe particulier pour réussir, ne se réunissait que pendant les pauses déjeuner plutôt que pendant les heures de travail.
  • « Environ la moitié du comité d’origine était composé de diverses personnes de divers départements qui étaient là pour faire pression en faveur du changement. Mais l’autre moitié était composée de chefs d’entreprise, tous blancs, qui, selon Hiponia et d’autres sources, ont mis des barrages routiers à chaque tournant. »
  • Les pressions pour ajouter une salle de bain non sexué à l’entreprise, pour soutenir le mouvement Black Lives Matter et pour répondre à une enquête qui évaluerait Bungie sur son égalité et inclusion LGBTQ+ ont toutes été bloquées ou rejetées.
    • Cela rentre vraiment en conflit avec tout ce que Bungie essai de représenter au monde et à l’industrie quant ils se mettent en avant et vendent des pin’s.

Le handicap

Un autre groupe qui a rencontré des défis extraordinaires chez Bungie était ceux qui étaient confrontés à des problèmes de santé physique ou mentale.

  • Une personne ayant des problèmes de santé a été forcée de se soigner elle-même avec les restes de médicaments d’une intervention chirurgicale précédente, car elle n’était pas autorisée à prendre plus de temps pour traiter ou atténuer ces problèmes pendant le crunch.
Conclusion :

De nombreuses personnes à qui nous avons parlé, toutes celles qui ne faisaient plus partie de l’entreprise, ont décrit les niveaux élevés d’anxiété provoqués par leur travail chez Bungie. (…) Beaucoup ont déclaré qu’ils étaient devenus déprimés, qu’ils devaient éventuellement augmenter les séances de thérapie existantes ou commencer une thérapie pour la première fois. Certains se sont vu prescrire des médicaments, d’autres ont commencé à boire davantage. Plusieurs ont déclaré être suicidaires. (IGN)

Voilà un tableau bien contradictoire avec les nombreuses interventions publiques du studio sur son inclusivité et ses valeurs internes.

La recalibration

Voici donc Bungie dépeint sous son angle le plus laid. Mais le PDG de Bungie, Pete Parsons – qui est chez Bungie depuis près de 20 ans et PDG depuis 2016 – a réitéré que Bungie voulait essayer de changer tout cela.

“Je ne suis pas ici pour réfuter ou remettre en question les expériences partagées par les personnes qui ont honoré notre studio de leur temps et de leur talent”, a déclaré Parsons. “Nos actions ou, dans certains cas, nos inactions, ont causé de la douleur à ces personnes. Je m’excuse personnellement et au nom de tous ceux chez Bungie que je connais ressentent un profond sentiment d’empathie et de tristesse en lisant ces récits.”

  • Il a ensuite détaillé un certain nombre d’actions que l’entreprise a prises ces dernières années pour changer sa culture, dont beaucoup ont également été mentionnées par les employés actuels et récents du studio.
  • Un certain nombre de ces employés nous ont dit qu’ils pensaient que, aussi lent que cela puisse être, Bungie essaie d’aller dans la bonne direction – en grande partie grâce au nombre croissant d’individus divers et de leurs alliés au sein du studio qui ont travaillé sans relâche au fil des ans à changer de cap par l’action individuelle, les groupes d’entreprises et la pression croissante des employés pour un lieu de travail plus diversifié, sain et inclusif.
Néanmoins les victimes de toutes ces fautes au fil des ans ont toujours un profond sentiment d’injustice tant les personnes visées sont encore adulées et protégées par des contrats de non-dénigrement.

Quelques statistiques

À noter que Bungie n’a pas fourni de stat plus anciennes pour comparer mais des employés affirment sentir la vague de progrès résultant de ces mesures.

  • Selon Parsons, les femmes ou les personnes issues de communautés sous-représentées constituent la moitié du conseil d’administration de Bungie, et 40 % de l’équipe de direction de Bungie sont des femmes ou des personnes issues de communautés sous-représentées.
  • 20,5 % des employés de Bungie sont des femmes, et les femmes représentaient 31 % des nouvelles recrues de Bungie en 2021 ainsi que 22,5 % des personnes au niveau de la direction.
  • Les personnes qui se sont identifiées comme membres de groupes sous-représentés représentent 18,6 % de l’entreprise, 23 % des nouvelles embauches en 2021 et 20 % des dirigeants d’entreprise.

Les améliorations

  • Beaucoup de sources ainsi que Parsons ont également confirmé que les problèmes de crise de Bungie s’étaient activement améliorés au cours des dernières années, bien que des sources aient déclaré que certaines équipes avaient encore du mal ici et là.
  • La collaboration d’équipe a été citée comme un autre développement actif.
    • Il y a quelques années, il y a eu une poussée à l’échelle du studio pour passer au “développement agile”, une méthodologie dans laquelle les équipes parviennent à des solutions de développement par le biais de la collaboration et du travail d’équipe.
  • Ajout de l’anonymat aux réunion interne et publique pour favoriser la prise parole.
  • Ajout d’un tout nouveau directeur D&I pour continuer à diriger ces efforts, y compris le travail en cours avec des ERG tels que Black at Bungie, Women at Bungie, Trans at Bungie et l’accessibilité nouvellement formée chez Bungie, ainsi que des améliorations aux avantages de l’entreprise, en faisant venir divers conférenciers et en prenant de nouvelles initiatives caritatives.
Conclusion :

Pour beaucoup de sources Bungie est sur la bonne voie mais ce sera long.

Le point le plus encourageant aux changements visés est le développement des projets en incubation autre que destiny (on pense au projet Matter sans doute). 

La réponse de Bungie

Bungie logo

Un message du PDG de bungie, Pete Parsons

Tout d’abord, je tiens à m’excuser auprès de toutes les personnes ayant vécu une expérience de travail néfaste, injuste et peu professionnelle chez Bungie. Je ne suis pas ici pour réfuter ou contester les expériences partagées par des personnes ayant honoré notre studio de leur temps et de leur talent. Nos actions, ou dans certains cas notre inaction, ont blessé ces personnes. Je m’excuse personnellement auprès d’elles, et de la part de toutes les personnes chez Bungie qui, je le sais, éprouvent de l’empathie et de la tristesse à lire ces témoignages.  
Au cours de ces dernières années, nous avons réalisé des changements importants chez Bungie :  
  • Nous nous sommes séparés d’éléments nocifs, sans tenir compte de leurs fonctions, ancienneté ou relations interpersonnelles, une action que nous ne pouvons entreprendre que lorsque des personnes braves ont le courage de s’exprimer, et quand les mauvais comportements sont exposés au grand jour. Nous n’avons pas toujours été transparents sur les raisons nous ayant poussés à les retirer de nos équipes, ou agi aussi rapidement que nous l’aurions souhaité, mais nous n’avons aucune tolérance pour les comportements toxiques, et ce de la part de n’importe qui. Être une « superstar » n’est pas une excuse, peu importe les exploits passés d’une personne. 
  • Nous lisons et prenons connaissance de ces histoires pour la première fois aujourd’hui. Nous avons de bonnes raisons de croire que les personnes au sein de notre entreprise dont le comportement était irrespectueux ont été licenciées, ou ne travaillent plus chez Bungie. Mais si de nouvelles informations nous parviennent, que ce soit par le biais de cette histoire, si l’on nous transmet un nom en particulier, ou si une personne anonyme s’exprime, nous agirons en conséquences et enquêterons avec intégrité. 
  • Nous avons amélioré la planification de nos dates de sortie, comme l’indiquent les récents délais pour Bastion des Ombres, Au-delà de la Lumière et La Reine Sorcière, afin de prioriser la santé de nos équipes tout en livrant une qualité de travail répondant aux attentes de notre communauté.  
  • Nous avons redirigé nos efforts pour adopter une approche plus affirmée en matière d’inclusion, de diversité et d’équité chez Bungie, poussés par les conversations que nous avons avec nos employés, et en réponse aux témoignages sur notre entreprise qui refont surface. Ces efforts comprennent la réforme de notre Comité de la diversité chez Bungie, la création de plusieurs clubs d’intégration dirigés par nos employés (tels que [email protected], [email protected], [email protected], [email protected], et bien d’autres encore en projet), mais aussi l’embauche de dirigeants dévoués et respectés pour soutenir nos clubs et nos employés, et pour mettre l’accent sur l’inclusion, la diversité et l’équité chez Bungie.  
  • En 2021, nous avons commencé à évaluer nos pratiques d’embauche, de rémunération et d’accord de promotions. Cela comprend un audit de rémunération dirigé par une tierce partie, qui permet d’identifier et de traiter les inégalités potentielles. Nous continuons de surveiller et de réorganiser nos systèmes sociaux et nos procédures, afin de traiter tout résultat qui serait involontaire, et de s’assurer qu’aucune injustice ne s’inscrive dans notre système 
  • Depuis 2018, nous avons suivi la composition de nos équipes de près, et avons partagé les chiffres publiquement avec tout notre studio. Aujourd’hui, je souhaite partager nos progrès avec vous.  
      • Au cours des cinq dernières années, nous avons engagé de nombreux employés s’identifiant comme femme et membres de communautés sous-représentées. Leur nombre au sein de notre entreprise s’élève respectivement à 20,5 % et 18,6 %.    
      • En 2021, 31 % et 23 % du total d’embauches que nous avons réalisées est composé respectivement de personnes s’identifiant comme femmes et comme membres de communautés sous-représentées.  
      • En ce qui concerne la direction, 22,5 % et 20 % de nos dirigeants s’identifient respectivement comme femmes ou personnes membres de communautés sous-représentées. La direction chez Bungie est représentée par des personnes dont les décisions ont un véritable impact sur le succès général de nos initiatives les plus importantes. Elle est responsable des carrières de départements entiers, et assure le succès du studio sur le long terme.  
      • Aujourd’hui, 50 % du conseil d’administration de Bungie est constitué de femmes et de personnes membres de communautés sous-représentées. De plus, 40 % de l’équipe de direction de Bungie est composé de femmes ou de personnes membres de communautés sous-représentées.    
      • Au cours du mois de septembre dernier, nous avons sorti un article qui retraçait nos récents efforts et nos plans en matière d’inclusion, de diversité et d’équité. Cela inclut notamment la suppression de la clause d’arbitrage obligatoire pour nos actuels et futurs employés.  
      • Vous pouvez lire notre rapport complet de septembre sur Bungie.net, et nous continuerons de vous partager ces informations à l’avenir. Bien que nous soyons encore loin d’être là où nous le souhaiterions, l’embauche de talents variés à travers le monde nous motive, notamment ceux qui commencent leur carrière dans l’industrie du jeu vidéo. Ce travail est perpétuel et demande une vigilance constante, afin de s’assurer que nos progrès soient continus.  
Je suis ému par les progrès que nous avons faits, mais ce n’est pas encore suffisant et cela a pris beaucoup de temps. Cela n’efface pas non plus les mauvaises expériences que certaines personnes ont vécu dans notre studio.   
En tant que PDG, il est de mon devoir de prendre en compte le passé et le présent, et de prendre les responsabilités que cela implique, ici et maintenant. En parlant avec notre équipe chez Bungie, en lisant ces histoires, et en découvrant ces témoignages faire surface, anciens comme nouveaux, il est évident que nous avons encore beaucoup de travail à faire.   
Je m’engage à cela. Nous ne sommes pas encore le studio que nous avons le potentiel de devenir, mais nous sommes en chemin. Et nous n’arrêterons pas nos efforts car nous sommes conscients que le chemin vers l’inclusion, la diversité et l’équité est la voie que nous devons emprunter. C’est une action nécessaire pour réaliser notre vision, et devenir le foyer de créativité et d’excellence technique que devrait être Bungie.  
La phrase « Per Audacia Ad Astra » a toujours été la devise de notre créativité. Nous faisons preuve de la même volonté d’espoir et de progrès face à tout le travail humain que nous avons à accomplir. Nos actions actuelles, et nos actions futures, pour le bien-être de nos employés définira le futur de Bungie. C’est là notre objectif le plus important. Nous sommes reconnaissants et touchés de continuer ce travail, et plein d’énergie pour le chemin qu’il nous reste à parcourir.  

 

-Pete

 

A propos de AlexBdrn

Avatar
J’ai 25 ans et j’aime bien les canards, ils me font marrer. (Les chats en vrai c’est surcoté) J’ai commencé mon histoire d’amour avec les jeux vidéos grâce à la game boy advance, la ps1 et bien évidemment les bornes d’arcade de métal slug. Mes jeux préféré all Time sont Kotor II et FF7 Crisis Core. (Que de souvenirs) Pour me contacter ou suivre les gribouillage que je fais parfois : Instagram : @worstshan_ Twitter : @WorstShan

10 Commentaires

  1. Avatar

    perso tout ce que je vois c’est qu’on est passé de soldats de la
    lumiere, suivant un guide pour sauver l’humanité a des kirby qui
    touchent a toutes les saloperies sous un pretexte fallacieux, on a plus
    de guide, on est relégués au rand d’humains dégénérés qui suivent un
    putain de soap saisonnier, le tout saupoudré d’une touche de gay pour
    faire bonne mesure. qu’ils continuent a filer des ipads aux gosses et
    qu’ils arretent le jeu video, ca ira bien.

  2. Avatar

    merci Alex d’avoir pris le temps de traduire et reprendre point par point les articles concernant cette affaire. Cela confirme ce que je pensais des développements de Destiny 1 et de Destiny 2 qui se sont révélés tous les 2 très chaotique : cela ne pouvais s’être passé sans heurts importants.
    En espérant que les progrès se poursuivent.

  3. Avatar

    Autrement dit engagé des gens en fonction de leur couleurs de peaux = racisme

    Les femmes ne doivent pas travailler la ou c’est dur, mais bien un truc qui devrait être réserver au hommes on a donc du sexisme…

    L’histoire des surnom code couleurs…OK…mais n’oubliez jamais de regarder ce que font les femmes car la ont en parle jamais (véridique)

    Le seul vrai problème c’est en rapport avec les médocs, crush ou pas les médocs sont prioritaire

    Le reste c’est du Wokisme pur et dure, engagé ou travailler avec un Quotas de personnes dites *différentes* dans l’article c’est justement du racisme, de l’homophobie etc…

    Engagé quelqu’un parsqu’il est noir et non engagé celui qui a le plus de compétences…j’ai encore plus honte de cette société hypocrite

    • Avatar

      La discrimination positive reste en effet de la discrimination.. Rien n’est plus a vomir que de voir quelqu’un mettre en avant une parité en pourcentage et prétendre faire le bien.

      Les chefs et cadres sont majoritairement de couleurs dans les pays ou la population est majoritairement de couleur et ca ne choque personne.. Alors pourquoi tout ce foin dans les pays ou la majorité des gens sont blancs ?

      On en arrive presque a se sentir coupable de venir au monde “blanc”.
      .
      .
      Malgré ca.. Cette hypocrisie générale est peut etre la seule solution actuelle, ou en tout cas on a pas encore trouvé mieux (car vérifier qu’il n’y a pas de discrimination a l’embauche est impossible), en plaçant “de force” les gens avec des femmes/noir/gay/handicapé/etc, on “force” l’esprit communautaire a s’habituer a leur présence et donc a trouver ca “normal” de les voir/fréquenter, et donc ca finira par changer les mentalités au bout d’une génération ou deux.

  4. Avatar

    Parce que ça surprend quelqu’un de découvrir qu’une boîte qui offre des emblèmes arc en ciel est en fait verolée par certains individus au comportement inapproprié ? Pas moi.

    Comme dirait l’autre c’est de la poudre de perlimpinpin, ça me rappelle Hollywood et le quota de noirs à l’écran : ils en ont mis des noirs, pas de problème, mais les faisaient mourir en premier ou leur donnaient des rôles à la con….

    Il faut être naïf pour croire qu’il fait bon travailler dans une boîte comme Bungie, ou n’importe quel ténor du milieu JV d’ailleurs (EA, Ubisoft, naughty dog, cdpr, Quantic dream (avec star Wars ils vont bien se marrer….)et j’en passe) qui ne sont motivées QUE par le résultat, sans considération quant aux moyens.

    En tout cas à la rédaction de NS chacun garde sa liberté d’expression, certains considérant les investigations de Bloomberg comme du journalisme racoleur quand il relate les comportements des grosses boîtes….merci Alex d’être resté neutre sur ce sujet mais d’en parler quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.