Omikron The Nomad Soul offert en hommage à David Bowie

Omikron 1 david bowie

Le 10 janvier dernier, le caméléon David Bowie nous a quitté à l’âge de 69 ans.

Depuis, de très nombreux hommages lui ont été rendus à la télévision ou sur la toile et aujourd’hui, c’est le studio français Quantic Dream qui lui rend hommage en offrant le jeu auquel l’artiste avait participé : Omikron The Nomad Soul.

Sorti en 1999, le jeu se déroule dans la ville futuriste d’Omikron, contrôlée par un ordinateur ultra-intelligent et protégée sous un dôme de verre du climat extérieur très violent. L’âme du joueur est projetée dans le corps d’un policier de la ville, il pourra par la suite se transférer dans d’autres corps, une trentaine au total, allant d’une danseuse à un mercenaire cyborg. D’ailleurs, la femme de David Bowie, Iman, a prêté ses traits à l’un des personnages incarnables.

David Bowie a participé à la composition des musiques, et c’est lui qui les interprète, parfois même via des concerts virtuels dans la ville d’Omikron. De plus, il incarne deux personnages dans le jeu dont le chanteur d’un groupe rebelle “The Dreamers”, pour lequel Bowie a composé 12 chansons qu’il a ensuite sorti dans un album intitulé “Hours…

Et donc, en hommage à Monsieur Bowie, Quantic Dream propose, dans sa boutique, Omikron The Nomad Soul sur PC gratuitement du lundi 18 janvier 2016 au lundi 25 janvier 2016 10h00, dans la limite des stocks disponibles. Il vous faudra utiliser le code promotionnel OMIKRON au moment du paiement pour qu’il passe à 0€. Attention, le jeu n’est disponible qu’en anglais, sous-titré en anglais.

Quelques mots de David Cage, fondateur du studio Quantic Dream et Game Designer, concernant David Bowie (2013) :

guillemets entrée J’ai eu la chance de connaître David Bowie en préparant Omikron. A l’origine il devait juste composer une chanson pour le jeu. Nous nous sommes rencontrés à Londres dans les bureaux d’Eidos, le producteur du jeu. La rencontre devait durer trente minutes, elle s’est prolongée deux heures et demie ! A la fin, il avait décidé de composer tout un album consacré à l’univers du jeu. Très vite, l’idée qu’il fasse partie intégrante du jeu, qu’il en devienne l’un des protagonistes, s’est imposée ! Il a dit « banco ! » tout de suite, puis est venu passer un mois à Paris où il a composé tout ce qui allait devenir l’album hours…, on se voyait tous les jours. Nous l’avons scanné, recréé en 3D et enregistré sa voix, c’était les tous débuts de cette technologie dans les jeux vidéo, on tâtonnait un peu. J’ai eu l’immense bonheur de le diriger pour les prises de vue, j’avais trente ans à l’époque et c’était comme avoir un pan entier d’histoire artistique devant moi, assez impressionnant… David s’est impliqué à fond et s’est prêté à toutes les contraintes en vrai pro, il s’arrêtait parfois pour suggérer d’autres pistes, tenter d’autres choses, avec toujours le souci de faire mieux, d’aller plus loin… C’est un artiste hors-normes, brillant, intelligent, cultivé, un type avec une présence incroyable. Cela reste la collaboration la plus extraordinaire que j’ai jamais vécue guillemets sortie  [source: Télérama]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *