Accueil / Les Tests de la Rédac' / [Paris Game Week] Nos impressions de “The Order 1886”

[Paris Game Week] Nos impressions de “The Order 1886”

The Order 1886 était jouable sur le stand de Sony, c’est d’ailleurs le 1er titre auquel je me suis  essayé. Etant un grand fan des productions Ready at Dawn, j’ai encore en tête les épisodes God of War sur PSP qui, quoi qu’en dise les mauvaises langues, étaient très réussis.

La démo commence au chapitre 3 du jeu, dans un quartier grisâtre de Londres du XIXème,  le brouillard est omniprésent, non pas pour cacher une quelconque faiblesse technique, mais bien au contraire, pour soutenir une ambiance lugubre (bon, pas autant que celle de Bloodborne, mais l’action se passe de jour). Sans crier gare,  des membres d’une faction rebelle, apparemment très fâchés contre nous, attaquent à vue.  On incarne Galahad, à la tête d’une équipe de 4 alliés contrôlés par l’IA.

Une fusillade s’engage alors entre les 2 parties, l’occasion de retrouver tous les poncifs du genre TPS, couverture, on s’expose quelques instant, on shoot 3/4 fois, retour à couvert, recharge, etc… Du classique. Dans cette époque victorienne alternative, les armes à feu sont en avance sur leur temps. Parmi mon arsenal, l’un de mes fusils était capable de balancer un nuage de « thermite » inflammable par un tir secondaire qui mettait littéralement le feu aux poudres. On voit alors l’explosion se propager à travers le nuage fraichement vaporisé. L’autre arme à disposition était un simple pistolet… Parfois plus efficace avec quelques bons headshots bien placés.

Image-the-order-1886-23530-275

Quelques secondes après, un membre de notre escouade est touché, s’en suit une cinématique interactive où il faut alors agripper le gaillard et le ramener à l’abri dans une maison. Il faut alors couvrir notre retraite en alignant les lascars qui continuent de nous assaisonner de plomb.

Ces scènes sont parfaitement intégrées au gameplay, mais à cause de leur fréquence, on a parfois plus l’impression d’être spectateur que joueur.  D’ailleurs la camera assez proche de notre personnage favorise  ce sentiment cinématographique, mais dessert un peu le gameplay en réduisant le champ de vision et donne le sentiment désagréable de « flotter » dans le cadre.

Une fois à couvert, une  nouvelle scène cinématique s’enclenche avec des transitions parfaites, il faut préciser que l’ensemble des scènes sont en temps réel.  On passe alors à une phase plus calme, où l’on se voit demander de trouver une échappatoire. J’aperçois alors quelque chose qui ressemble à une carte sur un comptoir de bar, on peut interagir avec, l’observer sous différents angles, la retourner pour y voir quelques notes griffonnées ici et là… rien de plus. Je n’ai aucune idée de l’utilité de cet « indice » mais cela promet des phases plus posées mettant en  avant une approche plus subtile.

De la subtilité, il en faudra moins pour dégager l’espèce de grosse chaudière bloquant le passage vers la sortie, un coup de chargeur de thermite et ça repart !

Image-the order

Quelques mètres plus loin, des rebelles sont encore sur nous, l’occasion d’activer la « Black Vision » qui ralenti le temps et nous permet de faire un carnage pendant quelques secondes.

La courte démo prend fin sur ce final assez peu engageant en termes d’interactivité.

Je ressors un peu troublé par l’expérience, d’un côté l’environnement semi réaliste dans un Londres victorien est intrigant, de même que la présence de personnages historiques tels que Galahad ou Lafayette. Sans compter que visuellement c’est superbe, les visages, les textures des tenues, les effets de lumière avec un subtil jeu d’aberration chromatique, sont bluffants. Véritablement magnifique, cette démo est techniquement de haute volée. Malheureusement, cela ressemble un peu trop, justement,  à une démo technique avec un rythme pas toujours maitrisé, régulièrement haché par des QTE assez bien intégrés, il faut l’admettre.

The-order-1886-screenshot

Il faudra attendre davantage pour se faire une idée plus précise de ce que The Order a dans le bide. Le fait de jouer seulement un court segment du jeu, hors contexte, nuit beaucoup à l’expérience car les développeurs ont l’ambition de raconter une histoire avec une implication émotionnelle forte, ce qui est impossible à traduire en 10 minutes de jeu.

Le titre de Ready at Dawn demeure l’une des exclusivités PS4 à guetter de près, mais il faudra que le studio nous rassure sur le gameplay du titre.

Sortie prévue pour le 20 février 2014 exclusivement sur PS4

The-order-1886

A propos de Djin

Lorsque le Djin des cavernes n’est pas en train de s’énerver sur Destiny, vous pouvez le trouver sur Reddit, il sort parfois de sa tanière pour décompresser avec le dernier event UFC. (Twitter : @Djin_Nxt)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.