Hatred : Un jeu… violent !

Hatred_Next_Stage

Premier jeu du studio polonais Destructive Creations, Hatred fait parler de lui pour les mêmes raisons que GTA V, à savoir la violence dans les jeux vidéo et l’influence que cela à sur les joueurs.

Alors pourquoi, de nouveau, un jeu violent fait autant polémique ? Pourquoi Hatred, en particulier, dérange ?

Nous mettre dans la peau d’un serial killer n’est pas nouveau. Tuer des civils innocents, c’est loin d’être la première fois qu’un jeu nous le propose. Alors pourquoi ? Et bien parce que là, à part la haine du personnage envers tout et tout le monde, il n’y a absolument aucun but connu à cette ultraviolence ! Le seul objectif et de tuer et de finir tué… Cela peut être vu comme un retour aux sources, fini les subtiles détournements pour que la violence passe mieux aux yeux du public, comme utiliser une esthétique cartoon (cf : Postal) ou pixelisée (cf : Hotline Miami) ou un univers fictif, ici on colle au but premier : tuer et être tué ! Avec ce petit bonus – qui je pense est la source du malaise – la peur qui se lit dans le regard et sur le corps des victimes et le sentiment de toute puissance que cela fait ressentir au joueur. M’est avis que nous avons là un type de divertissement qui ne correspond pas à tout le monde.

Voici ce que disent les créateurs de Hatred :

De nos jours, beaucoup de jeux s’efforcent d’être polis, colorés, politiquement corrects, tout en essayant d’atteindre une forme d’art supérieure, au lieu d’être juste du divertissement – nous avons voulu créer quelque chose à l’encontre des tendances. Quelque chose de différent qui pourrait donner au joueur le pur plaisir du jeu. Voici donc notre jeu, qui ne prend pas d’otage et ne fait aucune excuse. Nous le disons : “Oui c’est un jeu dans lequel il faut tuer des gens” et l’antagoniste fait toutes ses choses de dingues pour une seule et unique raison, sa profonde haine.

http://www.destructivecreations.pl/

(Rappel : un antagoniste est une personne qui s’oppose dans une lutte idéologique, dans un conflit.)

Dans ce jeu, le joueur incarne le méchant, il doit lutter contre les forces de police et voyager dans l’esprit rempli de haine de l’antagoniste. Il doit rassembler du matériel pris sur les cadavres qu’il sème et propager l’Armageddon (= ultime combat entre le bien et le mal selon la bible) sur la société.

Rien de bien nouveau dans ce type de jeu, à part le fait d’avoir enlevé le but final… Est-ce vraiment une bonne idée ? Ce jeu servira-t-il à autre chose que calmer ses nerfs après avoir passé une mauvaise journée ? A voir !

Voici la phrase de fin de Destructive Creation :

… ne faites pas ça chez vous et ne prenez pas ça trop sérieusement, c’est juste un jeu 🙂

Voici notre traduction de ce que dit l’antagoniste dans la vidéo :

“Mon nom n’est pas important. Ce qui est important, c’est ce que je m’apprête à faire. Je hais ce putain de monde et ces vers qui se régalent de sa carcasse. Ma vie n’est que froid, amertume et haine. Et j’ai toujours voulu mourir violemment. Voici venu le temps de la vengeance et aucune vie ne mérite d’être épargnée. J’en enverrai dans la tombe autant que possible. Il est temps pour moi de tuer et il est temps pour moi de mourir. Ma croisade génocide commence, ici.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *