Accueil / PC / A Plague Tale : Innocence [TEST]

A Plague Tale : Innocence [TEST]

A Plague Tale Innocence test avis review

On a testé A Plague Tale : Innocence, une aventure sans rat-ures ?

A lire aussi : [TEST] Vampyr

Nous parlons aujourd’hui d’un jeu français, créé par les Bordelais d’Asobo Studio, édité par Focus Home Interactive à qui l’on doit aussi l’édition du sympathique Vampyr.

Loin des triples A auxquels nous sommes habitués, Plague Tale : Innocence n’a rien à leur envier. L’ambiance, la bande-son, les graphismes, l’éclairage, les doublages français, tout y est pour nous accompagner dans un scénario loin d’être rat-é !

A PlagueTale Innocence

Parlons dans un premier temps de la narration. Elle est omniprésente, soulignée par le travail remarquable des doubleurs. On appréciera d’ailleurs la présence de l’actrice Barbara Tissier (actrice connue pour doubler Cameron Diaz). C’est en somme une belle prestation que nous livrent les doubleurs français.

Cela étant dit, passons à l’aventure ! Nous incarnons Amicia, une jeune fille très complice avec son père, qui se retrouve entraînée avec son petit frère Hugo dans une escapade, poursuivis par l’inquisition. Oui, nous sommes bel et bien dans l’univers médiéval du XIVème siècle, qui plus est, en France !

Notre rôle dans cette histoire est de protéger le petit Hugo de l’inquisition qui rat-iboisera tous les villages pour lui mettre la main dessus, mais ils ne seront pas ses seuls ennemis. En effet, en ces temps noirs règnent les rats, la crasse, la peste, et par conséquent la mort Les rats sont vecteur de la maladie et sont aussi très voraces ! Écartez-vous un tantinet de votre chemin et vous ferez un bon casse-croûte pour ces rongeurs.

A Plague Tale Innocence

Dès le début de l’aventure, Amicia peut utiliser son arme favorite, à savoir une fronde. Rien de mieux qu’un bon vieux lance-pierre pour fracasser des crânes, nous dira-t-on. Par la suite, des compagnons d’infortune s’ajouteront à notre petite bande et viendront varier les combats et les subterfuges qu’on peut utiliser.

En effet, bien que les combats soient essentiels à notre survie, nous devons surtout essayer de passer inaperçu la plupart du temps en détournant l’attention des ennemis. Si on nous attrape, on est rapidement rat-atiné ! Il faut alors tenir l’ennemi à distance en cas d’attaque, ou tenter des subterfuges pour les divertir, et passer outre. Lancer un objet et faire du bruit loin de nous, c’est le moyen courant de détourner l’attention des gardes.

L’infiltration occupant une grande place au sein du jeu, est fort heureusement un point réussi ! L’intelligence artificielle n’est certes pas révolutionnaire, mais les ennemis ne sont pas si bêtes que ça. Les bruits les attirent mais leur vigilance est plutôt soutenue. À noter qu’Hugo peut se faufiler discrètement grâce à sa petite taille afin de nous débloquer quelques passages.

Au fur et à mesure, nous obtenons de plus en plus d’armes pour repousser les menaces. Cela laisse peu à peu sa place aux combats plus directs et frontaux. Amicia n’est pas seulement douée pour lancer des pierres, elle découvre aussi les secrets de l’alchimie, ce qui lui permet de lancer certaines décoctions très pratiques.

Le feu étant d’une aide très précieuse pour lutter contre les ratsAmicia peut apprendre des mélanges pour embraser le bois, ou l’éteindre. Ces mélanges sont très souvent lancés grâce à la fronde pour atteindre une cible, ou libérer un passage bloqué par les rats. Certaines potions peuvent endormir les ennemis, ou plus sournoisement les contraindre à retirer leur casque afin de les rendre vulnérables. Il est même possible de manipuler les rats en reproduisant leur odeur afin de les conduire là où on veut qu’ils aillent, par exemple sur un ennemi pour le dévorer !

A Plague Tale Innocence fronde

Grâce à sa musique et à sa narration, on doit bien se rendre à l’évidence : A Plague Tale Innocence est un jeu rempli d’émotions. Ce n’est pas pour rien que nous vous parlions de Vampyr, nous retrouvons ici son compositeur Olivier Derivière, à l’œuvre sur A Plague Tale : Innocence. De quoi ravir nos oreilles ! Par exemple, la présence des rats sera toujours accompagnée par des violons stressants, renforçant l’importance de la musique dans le jeu et son ambiance.

A Plague Tale Innocence

Graphiquement assez bluffant, A Plague Tale Innocence propose une lecture du jeu plutôt lente, ce qui permet au joueur de contempler les paysages médiévaux, tout en suivant les nombreuses interactions et dialogues entre les personnages. La maladie, la crasse de certains quartiers et la détresse des villageois illustrent le malaise ambiant lors de certains passages.

Bien que les graphismes soient réussis, on peut noter quelques faiblesses. Comme par exemple avec les herbes hautes qui passent carrément à travers notre personnage, ou avec les animations faciales qui ne sont pas toujours à la hauteur de la qualité globale de l’œuvre.

Sachez par ailleurs que le jeu ne contient aucun mode de difficulté, ce qui peut gâcher l’expérience de certains joueurs recherchant un peu de défi.

On déplore aussi le manque d’idées apportées aux différentes améliorations de l’équipement d’Amicia. Tout au long de l’aventure, notre personnage peut récupérer des matières premières, comme du cuire ou de la corde, afin d’améliorer son équipement. Vous pouvez alors améliorer votre fronde, la capacité de votre inventaire ou de votre poche de munitions. Au final, vous pouvez transporter plus d’objets, plus de munitions d’alchimiste, et devenir plus rapide et silencieux avec votre fronde.

En somme, cela reste trop classique. Les améliorations ne proposent rien d’innovant. Il aurait été judicieux de pouvoir apprendre de nouvelles capacités bonus qui ne seraient pas forcément imposées par le scénario. 

En outre, le jeu ne brille pas par ses choix de personnalisation. Peut-être aurions-nous aimé voir des améliorations plus visuelles, comme des tenues différentes au cours de l’aventure qui s’étend sur plusieurs mois ! Dommage de se trimbaler tout le temps avec les mêmes vêtements rat-piécés. On a seulement le choix, au début de l’aventure, des couleurs de nos armoiries et de nos habits. C’est tout.

A Plague Tale Innocence

Cependant, la plupart des faiblesses du titre s’expliquent simplement par le fait que Plague Tale : Innocence ne fait pas partie des jeux à très gros budgetQu’à cela ne tienne, le travail fourni sur cette aventure est tout même prodigieux pour une équipe composée que d’une centaine de personnes.

Compter une bonne douzaine d’heures pour clôturer l’histoire, sachant qu’il n’y aura pas grand intérêt à relancer une nouvelle partie.

croix petit Positif Points Positifs

  • Un scénario original et intéressant
  • La bande-son soutient une ambiance convaincante
  • Des graphismes vraiment réussis

croix petit Négatif Points Négatifs

  • Quelques faiblesses techniques
  • Aucun mode de difficulté proposé
  • Le système d’amélioration des compétences trop léger

A Plague Tale : Innocence

Notre avis - 8

8

Très bon

Il est bien difficile de parler de A Plague Tale : Innoncence sans trop en dire sur son histoire. Par contre, si vous recherchez une expérience particulière, une aventure originale, vous êtes à la bonne adresse ! Les personnages sont attachants et l'ambiance du jeu est prenante. Les nombreuses qualités du titre nous font rapidement oublier les légers défauts de celui-ci.

User Rating: 5 ( 2 votes)

A Plague Tale : Innocence
Plateforme : PC, Xbox One, PlayStation 4
Développeur : Asobo Studio
Éditeur : Focus Home Interactive

Genre : Aventure
Sortie : 14 mai 2019
Testé à partir d’une version commerciale

A propos de GrandGTO

« Les jeux vidéo résultent d'un souhait naturel de faire faire aux ordinateurs des choses amusantes. » Nolan Bushnell
error: Alert: Content is protected !!