Accueil / PC / Ghost of a Tale [TEST]

Ghost of a Tale [TEST]

Ghost of a Tale test review

Après six ans de développement, Tilo voit enfin le bout du tunnel avec la sortie officielle de Ghost of a Tale, un titre à mi-chemin entre infiltration et aventure avec quelques éléments de RPG.

Créé par Lionel « SeithCG » Gallat qui a quitté son poste de directeur d’animation chez Dreamworks pour se lancer dans l’aventure du développement JV, Ghost of a Tale raconte les déboires de Tilo, petite souris ménestrel qui se réveille seule dans une cellule après que son épouse ait refusé de jouer pour le rat baron local.
Tilo se lance alors dans une aventure pour tenter de la retrouver.

Dés le départ, on est plongé dans un univers onirique par un style artistique des plus réussis. Rappelant fortement les traits de Don Bluth et particulièrement Brisby et le Secret de NIMH, le décors planté est immédiatement à couper le souffle et exsude de personnalité. On sent l’effort placé dans la création des environnements et le soin apporté à chaque petit détail présent dans le moindre recoin. L’immersion est époustouflante, servie par un level design très bien pensé, avec toute une série de raccourcis et passages secrets à découvrir au fur et à mesure de la progression qui facilitent la navigation.

Ghost of a Tale

Et pour accompagner le tout, le gameplay n’est pas en reste non plus.

Attention toutefois : si le jeu est clairement à ranger dans la catégorie infiltration, il s’agit bien ici d’un projet indé loin des budgets faramineux injectés dans le développement d’un Metal Gear Solid ou d’un Splinter Cell. L’IA des gardes est tout de même fort limitée et facile à piéger.

Tilo est néanmoins muni d’un panel d’actions suffisamment fourni pour rendre l’aventure des plus plaisantes même si peut-être légèrement trop facile. Il peut bien évidemment marcher et courir, se mettre en mode furtif et grimper ou sauter sur les décors ainsi que lancer des bouteilles ou des bouts de bois pour distraire les gardes. Chacune des actions est servie par une animation des plus léchée à tel point qu’on ne se lasse jamais de voir Tilo se mouvoir ou se trémousser. Par contre, Tilo est un ménestrel incapable de se battre : s’il est repéré, il ne peut que s’enfuir et se cacher une fois hors de vue. Heureusement, ce ne sont pas les cachettes qui manquent, sous forme de coffre, baril, panier, dessous de table, etc. C’est également dans ces cachettes que l’on pourra sauvegarder.

Si l’accent est mis sur l’infiltration, le jeu n’en est pas moins une aventure très narrative et le niveau de détail apporté au background de l’univers qui y est présenté est impressionnant. Dans le monde de Ghost of a Tale, les rats ont pris le pouvoir après avoir été les seuls à combattre et vaincre un fléau démoniaque. Chaque partie de l’histoire respire de caractère et à cela vient s’ajouter une série de personnages tous plus haut en couleurs les uns que les autres, passant d’une grenouille pirate qui n’a plus toute sa tête à un couple de souris chapardeuses des plus attachantes. Tous auront leur rôle et leur importance dans l’aventure et c’est toujours un plaisir d’aller leur parler pour progresser. On pourrait éventuellement regretter l’absence de voix (le budget investi ne le permettant clairement pas) mais la qualité de l’écriture la compense largement.

Ghost of a Tale

Les quêtes y sont également très variées et c’est toujours gratifiant de les résoudre, d’autant que si elles sont loin d’être insurmontables, le jeu ne fourni aucune direction hormis la description initiale. On est alors obligé de chercher un peu partout sans pour autant qu’une lassitude ne viennent s’installer, tant les décors sont plaisants à s’y promener. Et puis au pire, si on est vraiment bloqué, quelques florins bien dépensés auprès de la bonne personne permettent d’acheter de nouveaux indices, voire la solution dans certains cas.

Au fil du jeu, Tilo va également développer certains talents qui lui permettront de progresser plus facilement, donnant au jeu sa dimension RPG. A côté de cela vient aussi s’ajouter une série de costumes qui modifieront certaines de ses caractéristiques (vitesse de courses, discrétion auditive et visuelles, etc). Ces costumes lui permettront de se déguiser en pirates, voleurs ou chevalier et lui apportent encore plus de charme.

Ghost of a Tale

Par contre, si le résultat présenté est énorme pour avoir été développé principalement par une seule personne, tout n’est pas rose pour un jeu présenté comme étant dans sa version finale. Certaines parties vers le dernier tiers de l’aventure gardent un goût de « pas finies ». L’habillage sonore est par endroit relativement pauvre, voire carrément absent et on croise régulièrement des bugs visuels qui dévoilent un peu trop les coulisses du décor. On ne peut s’empêcher de se dire qu’il aurait pu profiter de quelques mois de développement supplémentaires…
Heureusement, c’est loin de parvenir à entailler le bonheur qu’on a à parcourir le jeu sur la grosse dizaine d’heures nécessaire à l’aventure.

Pour un premier projet, l’effort est des plus prometteurs et on espère vraiment que SeithCG n’en restera pas là ! Et puis ça ne dérangerait certainement pas de revisiter cet univers à l’avenir.

 croix petit Positif Points Positifs

  • Une patte graphique de toute beauté
  • Des personnages super attachants
  • Un univers particulièrement travaillé
  • Des animations exceptionnelles
 croix petit Négatif Points Négatifs

  • Certains éléments qui ont quand même un goût de « pas finis »
  • L’IA de certains ennemis un peu trop limitée
  • Quelques défauts graphiques qui ressortent d’autant plus fort face à la qualité générale du reste des décors
  • Des phases de saut parfois trop imprécises

Ghost of a Tale

Notre avis - 7

7

Bon

Une infiltration de souris dans un univers des plus mignons qui ne promet que de bonnes choses.

User Rating: 3.5 ( 1 votes)

Ghost of a Tale
Plateforme : PC, annoncé pour PS4 et XBox One
Développeur : SeithCG
Genre : infiltration-aventure
Sortie : 13 Mars 2018
Langues : Anglais, Français, Espagnol, Italien, Allemand, Russe
Test effectué sur la version PC commerciale du jeu.
Terminé en +/- 13h

error: Alert: Content is protected !!