Accueil / PC / [TEST] DIVINITY ORIGINAL SIN – ENHANCED EDITION

[TEST] DIVINITY ORIGINAL SIN – ENHANCED EDITION

divinity-original-sin-enhanced-edition

Un an après la sortie du très sympathique Divinity Original Sin sur PC, Larian récidive avec une « Enhanced Edition » sur console et PC. Le studio belge a pris le temps de retaper son RPG de fond en comble en écoutant les retours des joueurs afin d’ajouter de nombreuses fonctionnalités, du contenu et de peaufiner le gameplay.

Au début de l’aventure, vous devrez créer un duo de personnages en sélectionnant des archétypes de classe prédéfinis avec une combinaison de talents et de statistiques : guerrier, sorcier, voleur, archer, nécromancien… Il en existe une douzaine.

Divinity : Original Sin Enhanced Edition

Cependant, rien ne vous oblige à continuer dans cette voie. Vous pourrez parfaitement bifurquer vers d’autres spécialisations en cours de route.

En route pour Rivellon

Vous incarnerez deux « traque-source », des agents chargé de combattre la Source, une puissance prétendue démoniaque dont l’usage est interdit dans tout Rivellon.

Après un petit tutoriel très light sur les commandes de base du jeu, vous serez envoyé dans un petit patelin du nom de Cyseal, dans lequel vous devrez résoudre une sombre affaire de meurtre. En menant votre enquête, vous découvrirez que des événements plus inquiétants se trament en filigrane. Sans rien vouloir spoiler, sachez que l’aventure prendra alors un tournant bien plus épique par la suite.

Autant être clair tout de suite, Larian Studios laisse le joueur livré à lui-même, vous allez devoir apprendre une bonne partie des mécaniques du jeu par vos propres moyens. Même chose pour les quêtes où il y a bien un fil conducteur mais vous vous retrouverez souvent à vous demander « Et maintenant je fais quoi ? ». Cette phase de découverte fait également partie du charme du jeu mais le joueur peut parfois se sentir perdu.

Le rythme du titre est plutôt lent, Divinity aime prendre son temps ! Ne comptez pas vous aventurer directement en dehors de la ville de départ sous peine de vous faire saucissonner par le premier zombie venu. Il vous faudra au préalable gagner en puissance en réalisant quelques quêtes dans la ville de départ, recruter 1 ou 2 compagnons et récupérer un peu de matos.

D’ailleurs l’arsenal est bien varié, boucliers, arcs, arbalètes, dagues, haches à deux main… Tout le nécessaire pour trucider les zombies et les orcs qui pullulent dans Rivellon. Vous pouvez aussi compter sur un système d’artisanat pour fabriquer votre équipement mais il faudra mettre les mains dans le cambouis car son utilisation n’est expliquée nulle part.

Des portails vous permettent de vous déplacer instantanément dans tout Rivellon.
Des portails vous permettent de vous déplacer instantanément dans tout Rivellon.

C’est pas de la tarte

Vous vous rendrez vite compte que le niveau de difficulté est relativement élevé même dans celui proposé par défaut. Larian a d’ailleurs ajouté 3 modes de difficulté, Explorateur pour les débutants, Tacticien pour les joueurs chevronnés et Honneur pour les fous furieux. Sachez que dans ce dernier mode, la mort de votre groupe signifie l’effacement pur et simple de votre sauvegarde. Rassurez-vous, il est possible de changer la difficulté en cours de jeu.

Ne vous fiez pas à la top view qui pourrait laissé penser au premier abord que Divinity est un hack&slash, c’est tout l’inverse !

Divinity : Original Sin Enhanced Edition

Les combats se déroulent au tour par tour et rappellent les RPG de l’ancienne école : Baldur’s Gate, Fallout, Torment, mais aussi des titres comme X-com.  A chaque tour, les ennemis et vos personnages disposent d’un capital de point d’action (PA) pour les déplacements et les attaques. Ici, pas question de foncer bêtement dans le tas, vous allez devoir cogiter un minimum si vous voulez remporter vos combats. D’ailleurs il est souvent judicieux de temporiser ses ardeurs et de stocker ses PA pour les reporter sur le tour suivant et déclencher vos sorts les plus puissants. Le sort Envoûtement est par exemple très coûteux en PA, mais il permet de retourner contre son camp un ennemi le temps de quelques tours, très efficace !

Divinity : Original Sin Enhanced Edition

Le studio a clairement passé beaucoup de temps sur le système de combat, il recèle de nombreuses subtilités que vous apprendrez à dompter au fil du temps. On trouve de nombreuses situations où vous serez amené à prendre à votre avantage l’environnement. Il est par exemple possible d’électrocuter ses ennemis grâce à des sorts de foudre qui se répandent dans les liquides au sol tels que de l’eau ou du sang. Mais attention car parfois l’enchaînement des événements peut jouer contre vous.

Divinity : Original Sin Enhanced Edition

Les quêtes sont aussi très travaillées avec des objectifs variés et des conclusions différentes selon vos choix. Là aussi, on constate l’inspiration des RPG de la fin des années 90 avec l’absence de marqueur sur les NPC importants ou de flèche pour indiquer clairement les objectifs, et oui il va falloir lire scrupuleusement les textes des missions ! Larian Studios nous lâche dans la nature sans parachute, ce qui est plutôt rare ces derniers temps. Il arrive parfois d’être bloqué ou perdu dans certains cas mais c’est très satisfaisant de découvrir la solution par soi-même.

Que ce soit pour les combats ou pour la résolution des quêtes, vous serez amené à utiliser votre matière grise et votre sens de l’observation, Divinity Original Sin est un jeu intelligent qui nécessite un investissement certain pour en venir à bout.

« I feel as good as a new penny ! »

Le titre est très bavard, il y a beaucoup de texte et de dialogues qui, pour cette Enhanced Edition, ont fait l’objet d’un doublage intégral en anglais. Le ton burlesque et l’humour british ne plairont pas à tous, mais ils trouvent bien leur place dans cet univers heroic-fantasy décalé.

On croisera d’ailleurs pas mal de personnages totalement loufoques comme ce squelette qui souhaite littéralement changer de crâne, mais qui du coup a peur de perdre son âme. Les dialogues sont souvent drôles et pour ne rien gâcher, la version française des textes est excellente.

Divinity n'a pas peur des anachronismes
Divinity n’a pas peur des anachronismes

En parlant des dialogues, on peut regretter les voix d’ambiance tournant en boucle toutes les 3 secondes, ce qui devient (très) rapidement pénible.

Enfin, les compositions du regretté Kirill Pokrovsky sont comme d’habitude très réussies, elles s’accordent parfaitement à l’ambiance du jeu.

Divinity : Original Sin Enhanced Edition

Une ergonomie néoclassique

L’un des plus gros défis pour les studios souhaitant adapter un RPG du monde PC sur console concerne l’interface et la gestion de la manette, et sur ce point Larian a fait un excellent travail :

En appuyant sur la gâchette droite, vous faites apparaître un menu radial dans lequel vous pouvez sélectionner individuellement un personnage de votre groupe tandis que la gâchette droite ouvre un autre menu radial affichant les compétences, l’inventaire, la fiche de personnage. Il faut un certain temps pour être à l’aise avec ce système mais il se révèle très efficace à l’usage.

Pour ramasser des objets, il suffit de maintenir X (ou A sur Xbox) pour étendre une zone de recherche et de relâcher pour faire apparaître dans une fenêtre tous les objets aux alentours avec lesquels on peut interagir, c’est très ingénieux et ça fonctionne parfaitement.

Divinity : Original Sin Enhanced Edition

La gestion de l’inventaire du groupe est en revanche laborieuse, on est loin du confort d’un combo clavier/souris et comme souvent dans les RPG on passe un bon bout de temps à farfouiller dans ses sacs qui deviennent rapidement très chargés. L’absence de signes distinctifs pour les objets de quête fait qu’on a tendance à conserver tous les bibelots.

L'inventaire devient rapidement fouillis
L’inventaire devient rapidement fouillis

Même chose pour sélectionner ses cibles, le pad n’est malheureusement pas ce qu’il y a de plus précis, heureusement on peut faire défiler les personnages avec les gâchettes, ce qui simplifie pas mal la tâche… Tant qu’il n’y a pas trop de monde à l’écran !

Visuellement le titre propose un affichage très propre et un framerate constant à 30 fps. L’aspect cartoon et coloré colle bien avec le ton humoristique du jeu mais la direction artistique manque clairement de personnalité. Surtout concernant les modèles des personnages et leurs équipements peu inspirés. On pourra d’ailleurs les admirer (ou pas) de près grâce à la caméra qui est contrôlable avec le stick droit, ce qui permet de faire pivoter l’affichage et de zoomer sur le personnage que vous contrôlez.

Divinity : Original Sin Enhanced Edition zoom

C’était mon loot !

Si la première version de Divinity Original Sin permettait le jeu en ligne, cette nouvelle mouture pousse encore plus loin le concept en permettant de jouer à 2 sur le même écran. Ainsi il sera possible de mener des combats et d’explorer en coop de façon parfaitement autonome.

Dès que les joueurs s’éloignent un peu trop, l’écran se scinde en 2 automatiquement et l’interface de l’inventaire de chaque personnage est divisé sur une moitié d’écran, ce qui permet de ne jamais bloquer son compagnon.

Et si jamais, lors des dialogues, vous n’êtes pas d’accord avec votre partenaire vous pourrez régler ça avec une bonne partie de pierre, feuille, ciseau.

Enfin, signalons la présence de quelques bugs gênants avec parfois des sons qui disparaissent, des menus récalcitrants et un peu plus grave, quelques crashs. Avec une centaine d’heures au compteur j’ai eu à relancer 3 ou 4 fois le jeu, on a vu pire mais espérons que Larian sortira rapidement une mise à jour corrigeant le problème.

croix petit Positif  Points Positifs :

  • Système de combat riche et subtil
  • La possibilité de vivre l’aventure en coop
  • Une utilisation judicieuse de la manette
  • Une écriture de qualité
  • Une durée de vie immense
  • La mise à jour offerte sur PC

croix petit Négatif  Points Négatifs :

  • Gestion de l’inventaire archaïque
  • Quelques bugs gênants

DIVINITY ORIGINAL SIN - ENHANCED EDITION

Notre avis - 8.5

8.5

Très bon

Profond, riche, prenant, avec un système de combat aux petits oignons, le titre de Larian Studios regorge de qualités. Avec un contenu touffu et la possibilité de suivre l’aventure avec un ami, Divinity Original Sin : Enhanced Edition est définitivement un titre à posséder pour les nostalgiques des RPG à l’ancienne, vivement la suite !

User Rating: 4.85 ( 1 votes)

DIVINITY ORIGINAL SIN – ENHANCED EDITION
Plateforme : PS4, Xbox One, PC
Développeur : Larian Studios
Genre : RPG
Éditeur : Focus Home Interactive
Sortie : 27 octobre 2015

Test réalisé sur PS4 à partir d’une version commerciale (1.01)

A propos de Djin

Lorsque le Djin des cavernes n’est pas en train de s’énerver sur Destiny, vous pouvez le trouver sur Reddit, il sort parfois de sa tanière pour décompresser avec le dernier event UFC. (Twitter : @Djin_Nxt)
error: Alert: Content is protected !!